Meurtres exquis à la librairie du Monde Libertaire
de Jean-Marc Raynaud

meurtres_exquis___

Samedi 27 septembre 2008, 145 rue Amelot, Paris 11ème, 16 h 55.

Une ombre casquée, vêtue de cuir entre dans la librairie bondée. Benoist Rey y présente son dernier livre. Deux coups de feu, un homme tombe. C’est l’affolement. Quelques minutes plus tard,  la police arrive avec à sa tête la commissaire Nadine Tremplin.

Deux nouveaux cadavres sont alors découverts. Celui d’un général tortionnaire, Maxime de Bonnefieu, en 1960, il était lieutenant dans le commando où Benoist Rey était infirmier. Et, l’évêque Eberhardt von Steinberg, qui était en 1936 l’aumônier militaire de la légion Kondor en Espagne, il avait alors béni les avions qui avaient rasé Guernica.

Le jeune homme mort sera identifié comme un flic infiltré depuis quelques mois dans le groupe Liberté de la FA (fédération anarchiste). Trois meurtres ! Policier, militaire à la retraite, et curé ! Trois cibles favorites des anars !! Les flics et les médias ne doutent pas, les anarchistes ont décidé de passer à l’action. Encore faudrait-il qu’ils soient assez crétins pour assassiner dans leur propre librairie. Certains sont mis en garde à vue. Il est temps pour les services secrets de la Fédération Anarchiste d’intervenir !! Ted Chaucre et Ed Merlieux s'y collent... ils ne savent pas dans quelle galère ils vont se mettre... !! Je ne vous en dirai pas plus, si ce n’est qu’il faut se méfier des apparences… !!!

Sans_titre___3

C’est avec son humour bien à lui que Jean-Marc Reynaud nous invite dans ce roman, qui au-delà des trois énigmes retrace un peu de l’histoire des anarchistes, de leurs querelles. Une bonne partie des personnages ont un double réel, une vingtaine a été caricaturée, et c’est un plaisir de les découvrir au fil du roman.

Jean-Marc écrit dans le monde Libertaire, dirige les éditions Libertaires. Il a écrit avec Thyde Rosell ; « Oui, nous avons hébergé un terroriste…De 3 ans ».

En tout cas, je me suis bien amusée à lire ce livre, et je suis bien heureuse de le retrouver là.

Et oui, Jean-Marc tu es reparti au moins pour 10 000 ans ! La fillette.

Première page

Paris, samedi 27 septembre 2008, 16h55.
Un ciel bas. Oppressant. Démoralisant.
Bien sûr, il bruine !
Une sale petite pluie. Insidieuse. Insistante. Persistante. Qui s’insère partout. Qui vous mordille les os. Qui vous bouffe l’âme. Mais pas suffisamment pour scotcher les manants à leur téloche ou à Internet, dans leurs tanières prolétaires tapissées de toutes les dernières inutilités publicitaires.
Les rues sont grouillantes d’ombres consommatrices grisâtres. Incertaines. Mécaniques. Bardées de parapluies, de casquettes, de chapeaux et de capuches.
Un énième remake des soi-disant « lumières de la ville » !

Meuttres exquis à la librairie du Monde Libertaire, de Jean-Marc Raynaud, illustrations Jean-Charles Vincent. Les Éditions Libertaires, 10 €.