30 juin 2009

Chants Orphiques, Dino Campana

Chants Orphiques de Dino Campana Extraits La verrière Le soir vaporeux d’été Par la haute verrière verse des clartés dans l’ombre Et me laisse dans le cœur un sceau ardent. Mais qui a (sur la terrasse sur le fleuve s’allume une lampe) qui a, À la petite Madone du Pont qui donc, qui donc a allumé la lampe ? – il y a Dans la pièce une odeur de pourriture : il y a Dans la pièce une plaie rouge languissante. Les étoiles sont des boutons de nacre... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]