30 avril 2010

Eugène Evtouchenko

Quand ton visage s’est levé Au-dessus de ma vie gâchée, J'ai tout d'abord comprisQue ce que je possède n'est rien. Mais les bosquets, les fleuves et les mers, Tu les as éclairés de ta propre lumière. Aux couleurs de ce monde tu m’as initié Moi qui n'étais initié à rien. J'ai si peur, j ai si peurQue cette aurore inattendue finisseEt que finissent découvertes, larmes et enthousiasme Mais cette peur, je ne la combats pas. Car cette peur, je l'ai compris, C'est l'amour. Et je la chéris, Bien que je ne sache pas chérir, Gardien... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]