Le génie du lieu
suivi de La Gloriette
d’Hella S. Haasse

Le génie du lieu : Un couple marié depuis une trentaine d’années décide de construire une maison en pleine nature dans un lieu dit « Le Puits Renaud ». Lui est un homme d’affaire souvent absent, elle, est femme au foyer et se retrouve souvent seule. C’est apparemment un couple heureux, si ce n’est qu’elle n’a jamais ressenti le plaisir charnelle.
Elle se rend rapidement compte qu’elle n’est pas à l’aise dans la campagne environnant la maison. Elle se sent constamment épiée. Un jour, en poussant un peu plus loin une promenade, elle découvre un puits, qui, pense-t-elle expliquerait le nom de leur lieu-dit. Sa curiosité est
éveillée, elle décide de pousser ses recherches. Elle découvre qu’au XIIe siècle, une léproserie était installée sur le terrain, et qu’un homme y avait vécu 50 ans… elle part alors sur ses traces.

Cette nouvelle est en fait, la rencontre étonnante entre une femme de notre siècle et une présence venue du passé. C’est une rencontre émouvante de deux vies inaccomplies selon les normes de leurs époques. « Le génie du Lieu » est d’une grande pudeur, et pleine de délicatesse. Jusqu’au bout nous suivons l’histoire, et le dénouement est formidable.

Hella S. Haase est une auteure que j’apprécie beaucoup, je mettrais toutefois un bémol. Pour moi, elle est double, elle a deux écritures. Bizarrement je suis plus sensible aux livres publiés chez actes sud et beaucoup moins à ceux publiés chez Seuil qui me parlent pas (sauf, une liaison dangereuse »).
Ce livre a été publié en 1998, je l’avais acheté à l’époque, et je suis tombée sur lui par hasard, heureux hasard… ça n’empêche qu’il faudrait que je pense un jour à ranger mes livres…

Page 31

Souvent, elle s’asseyait près du puits, dans l’herbe ou sur une souche. Elle avait débarrassé cet endroit des chardons, des orties et de la vigne vierge envahissante, mais avait épargné de petites touffes de plantes sauvages qui fleurissaient. Entre les brindilles, elle distinguait le mouvement des fourmis, un scarabée, une minuscule araignée verte, transparente.

Le Génie du Lieu suivi de La Gloriette, d’Hella S. Haasse, récits traduits du néerlandais par Anne-Marie de Both-Diez. Éd. Actes Sud.

Claude

le_g_nie_du_lieu