Roulette russe
d’Özdemir Ince

I

Elle épluche des légumes au balcon,
deux gouttes de sueur entre les seins.
Quelle heure est-il déjà ?
Où est-il resté, ce vieux fripier boiteux ?

II

Le soleil s’installa dans la Vierge,
ma constellation anxieuse, renfermée ;
la mer se couvrit de feuilles de figuier.

III

Soleil d’août entre les jambes,
je tire l’eau d’un puits froid, sans me lasser.

IV

Ce sont des gens sortis du peuple, ventripotents ;
il ne s’agit point de victoire,
pas plus d’ailleurs, que de défaite.

Bodrum, 9 août 1979.

On meurt à moins, de Özdemir Ince, traduit du turc par Ismet Birkan. Le cherche midi éditeur 1993.

on_meurt___moins_ozdemir_ince