29 mars 2012

La haine de Wislawa Szymborska

La hainede Wislawa Szymborska   Voyez combien elle reste efficace,combien elle se porte bien en notre siècle, la haine.Avec quel naturel elle prend les plus hauts obstacles.Combien il lui est facile : sauter, saisir. Elle n'est pas comme les autres sentiments.Leur aînée, et pourtant leur cadette. Elle sait engendrer toute seule ce qu'il lui faut pour vivre.Si elle dort, ce n'est pas d'un sommeil éternel. L'insomnie ne lui ôte pas ses forces, au contraire. Peu lui chaut, religion ou pas,pourvu qu'on soit dans les starting... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 mars 2012

De l'âme (extraits)

De l’âme (extraits)de Christophe Mileschi La passion qui dévaste, la passion qui déraisonne, qui prend l'exacte contre-direction des lois édictées par les souverains de la place forte du moi, la passion qui jouit tant de tordre en tous sens les belles figures recti­lignes de l'appropriation, cette passion-là ne se com­prend que comme le ressac multiplié d'une onde qu'on avait cru stopper par des écrans en deçà desquels se voulait contenir l'être : une revanche de l'âme bannie alors qu'elle est partout chez elle, une déflagration un... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 mars 2012

Juste comme ça...!

J’avais perdu des livres depuis quelques années, des livres que j’aimais beaucoup, vous savez ces livres que vous avez toujours envie de consulter… Vu la crise, ce n’est pas le moment pour moi de les racheter d’autant plus que certains sont épuisés et vendus à des prix exorbitants sur le net ! Dimanche, en furetant ici et là, j’ai retrouvé mon carton. Ils étaient tous là à m’attendre gentiment, ils ont dû rester empaquetés pendant au moins 10 ans, quel bonheur de les feuilleter à nouveau. Il y avait aussi dans ce carton providentiel,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
04 mars 2012

Mort d'une dame en été

Mort d’une dame en été de Heimito von Dederer Le narrateur de cette nouvelle, est resté en ville pendant la saison estivale. Août, dans les villes de province est bien souvent synonyme de désert. Notre narrateur, écrivain de profession, est,  un jour contacté par un avocat dont une cliente vient de mourir. Toute sa famille, et toutes ses connaissances sont parties en vacances à l’étranger. Ayant lors d’une conversation avec la veuve du conseiller entendu le nom de l’écrivain, il lui confie la tâche de la préparation des obsèques... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]