16 juillet 2012

Henri Thomas

Carnets 1934-1948de Henri Thomas Lundi 25 mai 1936« Et je n’ai derrière moi que cet horrible arbrisseau » (Rimbaud, « Adieu » dans Une Saison en Enfer) exprime bien une pensée, qui n’est pas désespérante. Je ne suis pas malade ; j’ai ma volonté à grandir, mon attention à appliquer. Repoussés, les ennuis  d’autrefois, et les figures qui m’humiliaient ont perdu leur puissance sur moi. 4 décembre 1946la somme de toutes les faiblesses, de tous les obscurcissements  passagers, c’est l’immobilité et la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]