La maison de Carlyle et autres esquisses
de Virginia Woolf

7 courtes nouvelles de Virginia Woolf qui nous plongent dans l’Angleterre du début du XXème siècle. Elle reprendra les thèmes abordés dans ces nouvelles dans ce qu’elle publiera par la suite.

Extrait de la préface de Geneviève Brisac
Quand elle écrit « La Maison de Carlyle », et les six autres textes inédits rassemblés ici, Virginia Woolf a vingt-sept ans. Nous sommes en 1909. Elle tente de se remettre du drame que fut la mort de son frère Thoby. Elle vit ce que certains appellent la curieuse vie de Bloomsbury, sévèrement critiquée par la famille et par Henry James, une vie bohème, où ne comptent que les discussions sur l’art, l’amour et la beauté. … »

On retrouve dans ces courts textes sa plume parfois acérée, et son style si particuliers. Pour ma part, je l’ai vraiment peu lu, mais je commence à en avoir un peu plus envie.

La préface, l’introduction et les notes sont très complètes et constituent les ¾ du livre.

C’est un bon livre pour un après-midi pluvieux si courant en cet été 2012 dans l’Ouest de la France.

Claude

Première page
24 février
L’autobus me déposa trop loin et je me retrouvai à l’autre bout du quai. Je vis des voiles brunes au fond d’un dépôt de bois. Le quartier ressemblait à cela, il y a cinquante ans. C’était cela que voyaient les Carlyle ; mais à présent leur rue est ornée de piliers en stuc, et les champs sont marqués par de grands bâtiments municipaux en brique grise. J’imagine que Carlyle vagabondait dans les venelles boueuses, et que l’air salé de la mer lui parvenait vraiment depuis la rivière, volant presque jusqu’à sa porte. Chelsea devait être un quartier aéré ; alignant des rangées bien nettes de maisons dix-huitième séparées par des prés, avec des rives boueuses, et quantité de petits bateaux s’y amarrant ou glissant le long de la rivière. Mrs Carlyle parle du temps où elle se rendait à Westminster « par voie d’eau ».

La maison de Carlyle et autres esquisses, de Virginia Woolf, traduit de l’anglais par Agnès Desarthe, préface de Geneviève Brisac. Mercure de France, bibliothèque étrangère.

 

BILLET_La maison de Carlyle et autres esquisses_virginia woolf