Sur le sable
de Silvina Ocampo

Je voudrai pénétrer dans les profonds reflets, pénétrer dans la lumière de ces grands miroirs
que la mer forme dans les sables de ses rivages,
et dans leurs profondeurs horizontales, loin,
mourir, vivre à peine.

Sobre la arena

Quisiera penetrar en los hondos reflejos,
penetrar en la luz de esos grandes espejos
que forma en sus orillas el mar en las arenas
y en sus profundidades horizontales, lejos,
morir, vivir apenas.

Sur le sable, extrait de « Poèmes d’amour désespéré » préface et traduction di Silvia Baron Supervielle. José Corti, coll. Ibériques, pages 96 - 97.

 

Transformation
de Silvina Ocampo

Je me rappelle mes larmes en bonheur transformées :
par la fenêtre étroite transparent passait
le chant d’un oiseau. Désespérément,
Je regardais les dessins des fers ajourés.

Ce chant que maintenant j’écoute durant l’été,
qui fait pousser les arbres, comme une verte pluie,
du sombre balcon qui dans la ville se perd,
me mène à la rive des lointaines collines

où le clair ruisseau comblait le soleil d’ombre.
Des parfums impétueux liaient dans leur cantique
l’air qui évoquait des rumeurs l’Atlantique.
Et maintenant ma tristesse de ce jour m’étonne !

Transformation, extrait de « Poèmes d’amour désespéré » préface et traduction di Silvia Baron Supervielle. José Corti, coll. Ibériques, page77.

 

Tous les jours, je regarde ma pile de livres sur mon bureau. Elle m’attend, me dit que si je ne profite pas des vacances pour faire les billets je ne les ferai jamais !!!! Et c’est vrai, je profite des éclaircies, des balades à pieds et à vélo, des après-midi avec Polline Moineau sous la tonnelle ou chez elle à boire le thé et manger des gâteaux !!!!
Alors en cette fin d’après-midi, je me lance, je commence par ces poèmes que j’ai découverts il y a peu de temps. Je vais d’ailleurs apprendre le second, et oui, je me tiens à ce que je me suis fixée comme objectif, apprendre un poème par semaine. Quel plaisir de me rendre compte que j’ai de moins en moins de mal à y parvenir ! 

Claude

BILLET_poème d'amour desespéré_silvian ocampo