14 août 2012

Le journal de Suzanna Moodie de Margaret Atwood

Margaret Atwood dit qu’elle a rêvé ce recueil. Elle écrit dans sa présentation qu’elle avait lu les deux livres de Susanna Moodie mais qu’elle ne les avait pas vraiment aimés. Susanna Moodie était  une anglaise, en 1832, elle a immigré avec sa sœur et leurs maris au Canada. Elle a écrit deux livres de témoignages de leurs expériences. Vous trouverez leurs biographies sur ce site : http://www.collectionscanada.gc.ca/moodie-traill/027013-2000-f.html   Dans ce livre Margaret Atwood reprend par ordre chronologique les... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 août 2012

Extrait

… soyez patient en face de tout ce qui n’est pas résolu dans votre cœur. Essayez d’ aimer vos questions elles-mêmes… Ne cherchez pas… des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce que vous ne saurez pas… les vivre. Et s’il s’agit précisément de tout vivre. Ne vivez pour l’instant que vos questions. Peut-être simplement… finirez-vous par entrer insensiblement, un jour, dans les réponses.Extrait de « lettres à un jeune poète. » Lette n°4, de Rainer Maria Rilke. Traduit par Bernard Grasset et Rainer Biemel.
Posté par jeanlau à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2012

Extrait

… soyez patient en face de tout ce qui n’est pas résolu dans votre cœur. Essayez d’ aimer vos questions elles-mêmes… Ne cherchez pas… des réponses qui ne peuvent vous être apportées, parce que vous ne saurez pas… les vivre. Et s’il s’agit précisément de tout vivre. Ne vivez pour l’instant que vos questions. Peut-être simplement… finirez-vous par entrer insensiblement, un jour, dans les réponses.Extrait de « lettres à un jeune poète. » Lette n°4, de Rainer Maria Rilke. Traduit par Bernard Grasset et Rainer Biemel.
Posté par jeanlau à 18:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 août 2012

Du bonheur

Du bonheurde Silvina Ocampo  Je vivais durant l’été dans un glorieux jardin. Les fontaines brillaient en levantleurs eaux ingénieuses et pâles.C’était l’éternité d’un seul jour comme dans un tableau et rien ne se passait.Fallacieuses, de tendres fleurs se perpétuaient,de grands rayons de soleil illuminaientle ciel, et pour personne la joie. « Ce jour cruel s’achèvera-t-il mon Dieu.Jamais Silvina. Où se trouvent les gens ?Le soir ne tombera-t-il pas sur le fleuve ? La nuit ne tombera pas. » Lentement,un... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 18:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]