Ce soir vers 20 h, j’ai enfourché mon vélo et j’ai longé les bords de la Sarthe pour me rendre au Palais des Congrès, l’Europajazz festival proposait une très belle rencontre. Le sextet de l’accordéoniste Danile Mille invitait Jean-Louis Trintignant pour un spectacle complètement inédit. On pouvait lire récemment dans l’express : « Mille et Trintignant, c’est  un tango qui dure depuis plus de dix ans ». Et c’est vrai, lorsqu’on les voit sur scène, quand on voit leur complicité, leur compréhension, leur amitié on comprend toute l’émotion qu’il y a dans ce spectacle. On est en face de 7 personnes qui se répondent par des notes, des mots, des intonations, des regards. Et puis, ce sont Desnos, Prévert, Vian qui offrent leurs mots… Mille disait récemment lors d’une interview « avec Jean-Louis, j’ai souvent la sensation de jouer avec un musicien : c’est un maître du silence, de la respiration, du temps… », avec ce nouveau projet son habituel sextet, deviendra effectivement septet !

Et puis, c’est Jean-Louis Trintignant.

Il n’y avait pas un bruit dans la salle lorsqu’il parlait, (bon, la dame à côté de moi dormait, je vous assure, elle ronflait même, et c’était un peu gênant pour les autres !), on sentait la salle suspendue à ses lèvres, c’était très émouvant.

J’ai un peu fui la salle à la fin du spectacle, bon, les copains comprendront, je n’avais pas envie de parler, j’avais juste envie de rester dans cette ambiance, j’avais envie de silence et entendre encore une fois les notes, les mots et les silences. Alors, je suis remontée sur mon vélo, j’ai longé les bords de la Sarthe (dans le bon sens cette fois) sous la pluie fine du soir, et je vous écris ces quelques mots.

Claude

Jean-Louis Trintignant

voix

Daniel Mille

accordéon

Grégoire Korniluk

violoncelle

Julien Alour

bugle

Alfio Origlio

piano

Jérôme Regard

contrebasse

Andy Barron

batterie

 

trintignant mille