L’histoire de Jess Huck, & autres histoires
de Jack London

Ce petit livre regroupe 3 nouvelles :

- L’histoire de Jess Huck,
- L’histoire de Keesh,
- La loi de la vie.

La première nouvelle, comme son titre l’indique est l’histoire de Jess Huck, jeune métisse indienne qui sacrifia tout pour l’amour d’un homme blanc. Toute jeune, elle tombe amoureuse de Martin Eden, ils seront heureux, jusqu’au jour où celui-ci doit rentrer dans l’Est pour régler la succession de son père. Il lui promet de revenir dès que tout sera régler. Elle l’attendra, elle économisera, elle ira dans l’Est. Je vous laisse découvrir la suite…

La seconde nouvelle raconte l’histoire de la vie de Keesh, jeune indien qui par son ingéniosité deviendra un chef aimé et respecté par son peuple.

Dans la dernière nouvelle, nous vivons les dernières heures d’un vieil indien que sa famille et sa tribu abandonnent comme le veut la coutume.

 Je ne connais pas beaucoup Jack London, si ce n’est pour avoir transcrit en braille 2 ou 3 de ses romans les plus connus. Ce petit livre est une vraie découverte, les première et dernière histoires m’ont plus particulièrement touché. Elles sont d’une très belle sensibilité.

Claude

1ère page
Il existe diverses sortes de sacrifices. Mais, dans l'essence, ils sont tous de même nature. Et le paradoxe, c'est que les hommes et les femmes sacrifient ce qu'ils ont de plus cher au monde pour quelque chose qui leur est plus précieux encore. Il n'en a jamais été autrement. C'est ainsi qu'Abel a offert en sacrifice les prémices de son troupeau, choisissant les plus gras de ses moutons. Ils étaient ce qu'il avait de plus précieux au monde. Pourtant, il y renonçait, afin de les offrir à Dieu. Il en fut de même pour Abraham, lorsqu'il s'apprêta à sacrifier son fils Isaac. Celui-ci était très cher à son cœur. Mais Dieu lui était plus cher encore. Jees Uck était une simple femme, mais elle aima d'un grand amour. Elle ne connaissait rien à l'histoire, n'ayant appris à lire que les signes du temps et des saisons ; elle ne savait rien ni d'Abel ni d'Abraham. N'ayant pas suivi l'enseignement des bonnes sueurs de la Sainte-Croix, elle ignorait également l'histoire de Ruth, la Moabite, qui renonça à son propre dieu pour l'amour d'une femme étrangère d'un pays lointain. Jees Uck ne fut initiée qu'à une seule forme de sacrifice, et cela, d'un coup de massue, comme un chien à qui l'on apprend à renoncer à un os volé. Mais, quand l'heure sonna, elle se montra capable de s'élever à la hauteur des hommes au grand cœur, et de renoncer de la manière qui convenait.

L’histoire de Jess Huck & autres histoires, de Jack London, traduction de Suzanne Engelson. Éd. La Nerthe.

l'hsitoire de Jess Uck