26 mai 2014

L’aurore me trouvera les bras croisésd’Emil Botta Post ludum Rends-toi, poésie, aux chênes de garde, au plus haut point et transmets-leur le salut d'un ami qui n'est plus rien. Prie les oiseaux de se taire, ils m'ont rendu fou, je fus de leur pépiement plus que soûl. Passe cette nuit, poésie, voir mes proches dans leur sommeil, embrasse-les sur le front, chuchotez un peu ensemble. Dis-leur que j'ai fermé la dernière page du cahier et gagné la compassion des pierres et des rochers. À ma mère, poésie, dis de me pardonner,je suis une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:50 - - Commentaires [2] - Permalien [#]