Je te regarde
de Maram Al Masri

Maram Al Masri est une poétesse franco-syrienne, à travers sa poésie elle raconte son exil, ses préoccupations, sa place de femme, sa féminité… J’aime beaucoup sa poésie.

Claude

p. 20

Je sais que
je n'aurais pas dû
l'inviter
à découvrir mes seins.
Je voulais
seulement
lui montrer
que j'étais une femme...

Je sais que
Je n'aurais pas dû
le laisser se dévêtir.

Il voulait me montrer
qu'il était un homme...
seulement.

 

p. 21

Déshabille-la
avec une infinie tendresse,
et pose gentiment
tes doigts
sur son corps.

Une femme facile ?
Peut-être.
Une femme abandonnée ?
Certainement...

 

p. 65

La maison est épuisée,
les chambres à l'étage
ne sont plus habitées.
La maison souffre de silence...

Sur le mur nord
Il y a une fissure
où s'infiltrent les vents
et des filets d'eau verte...

Paralysée,
elle ne peut fuir,
ni aller où elle veut.

Comme elle rêvait de bonheurs simples,
elle aspirait à la beauté,
elle était triste de voir son mur se lézarder,
de voir jaunir sa blancheur,
sous la fumée et
le temps...

 

p. 66

J'étais près d'elle
et je n'ai pas prêté attention
à son agonie,
je n'ai pas entendu son dernier
souffle...

Je ne savais pas
que les machines à laver
finissent par s'épuiser
et meurent
elles aussi..

 

Je te regarde de Maram Al-Masri, traduit de l’arabe (Syrie) par François-Michel Durazzo en collaboration avec l’auteur. Dessins de Youssef Abdelké. Éd. Méditerranées Al Manar

Sans titre - 1