26 juillet 2016

Adrianade Théodora Dimova      Je continue mon exploration de la littérature bulgare. Je viens de terminer Adriana. Je suis sans mot. Ce livre par son histoire mais plus encore je pense pour moi par sa syntaxe vous transporte. Je me suis perdue dans les longues phrases et je n’avais surtout pas envie de m’en échapper. Je me suis laissée percer et transpercer par les mots. Les personnages quant à eux sont extrêmes, il n’y a pas de milieu dans ce roman, c’est tout ou rien. Si je prends l’exemple des phrases, elles... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

23 juillet 2016

Souvenir de la peurde Konstantin Pavlov Parler, écrire sur la poésie est pour moi un exercice extrêmement difficile. Plus aucun autre, le poète choisit chaque mot avec plus de précision encore que l’écrivain. La poésie est une chose que l’on ressent au plus profond de soi-même comme une peinture, une musique. Chacun de nous à sa propre perception, chacun de nous à son histoire et sa personnalité, alors comment pourrais-je dire une généralité que vous pourrez lire un peu partout. Je ne connaissais pas Konstantin Pavlov, c’est sa... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 juillet 2016

J'ai mis Élisabeth von Arnim en "romans anglais", mais en fait elle n'est pas du tout anglaise. Il y a des auteurs comme elle que je ne sais pas classer... Elle est née en Australie en 1866. Je vous cite la préface :" De l'Australie à l'Allemagne à l'Angleterre, de la Suisse à la France (Mougins) puis aux Étas-Unis où elle se réfugie pendant la Seconde Guerre mondiale -il ne fait pas bon alors s'appeler von Arnim en Grande-Bretagne- et où elle mourra de la grippe en 1941 : sa vie est comme un "Grand Tour" jamais terminé. Car elle fait... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 juillet 2016

Pèred’Élisabeth von Arnim Pour ce début de congés, je me suis replongée dans l’univers d’Élisabeth Von Arnim. Depuis que j’ai lu, il y a longtemps maintenant « Élisabeth et son jardin allemand », j’y retourne régulièrement avec un grand plaisir (il ne me reste d’ailleurs plus qu’un livre à lire en première lecture). Bref, je viens de terminer « Père », et j’ai beaucoup ri. J’aime beaucoup l’ironie qui se dégage de ses textes, sa façon d’aborder les questions de sociétés et de les décrire. Personne n’est épargné,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 juillet 2016

Comme un vol d’hirondellede William Maxwell Ce livre nous entraîne dans l’intimité de la famille Morison. Nous sommes à la fin de la première guerre mondiale, dans le Midwest américain. La famille a traversé la guerre sans trop d’encombre, la vie passe paisiblement. Le couple, Élisabeth et James ont deux enfants, l’aîné Robert, et le cadet Bunny. Élisabeth est le pilier de la famille, ils l’aiment, l’adorent, la protège chacun à leur manière. Cela se confirme lorsque dans les trois parties du livre, Bunny, Robert et James prennent la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]