Une offrande à la tempête
de Dolores Redondo

J’avais envie de lire un polar, j’ai donc emprunté « une offrande à la tempête », jusque-là tout va bien. Tout ce gâte un peu lorsque je me suis rendue compte que c’était le troisième volet d’une trilogie ! Bien entendu je n’avais pas lu les deux premiers.

Pas de soucis, l’histoire est tellement bien « ficelée » que l’on peut lire ce livre indépendamment des deux autres. C’est un très bon polar, jusque la fin on est tenu en haleine, et je ne suis pas complètement sûre que l’histoire se termine là ! Qui sait je lirai peut-être un quatrième.

Tout commence par la mort subite d’une petite fille mise en doute par un médecin légiste. Le fait interpelle l’inspectrice Amaia Salazar. Elle décide de s’intéresser de plus près aux morts subites de nourrissons dans la région, et principalement celles des petites filles. Les doutes se confirment.

Ces meurtres seraient-ils des actes de l’inguma, cette créature maléfique issue de la culture régionale. Une secte qui contre un bébé promet la richesse, la jeunesse etc. Cela ramène l’inspectrice au meurtre de sa jumelle perpétré par sa mère alors qu’elles étaient encore des bébés.

C’est vraiment passionnant. Si pouvez encore, commencez par le début, je regrette un peu !

- De chair et d’os,
- Le gardien invisible,
- Une offrande à la tempête.

 

Claude

Première page

Sur la commode, une lampe éclairait la pièce d’une chaleureuse lumière rose qui se teintait d’autres nuances en traversant les délicats motifs de fées imprimés sur l’abat-jour. De l’étagère, toute une collection de petits animaux en peluche observaient de leurs yeux brillants l’intrus qui étudiait en silence l’attitude paisible du bébé endormi. Attentif, il écouta la rumeur de la télévision allumée dans la pièce contigüe et la puissante respiration de la femme qui dormait sur le canapé, éclairée par la lumière froide de l’écran. Il parcourut la chambre du regard, étudiant le moindre détail, absorbé par cet instant, comme s’il pouvait ainsi se l’approprier et le conserver éternellement, tel un trésor. Avide et serein à la fois, il grava dans son esprit le tendre motif du  Une sensation proche de l’ivresse envahit son corps et la nausée menaça au creux de son estomac. La petite dormait sur le dos dans un pyjama en velours, couverte jusqu’à la taille par un édredon à fleurs que l’intrus écarta pour la voir en entier. Le bébé soupira dans son rêve ; un mince filet de bave glissa de ses lèvres roses et dessina une trace  humide sur sa joue. Les petites mains potelées, ouvertes de part et d’autre de la tête, tremblèrent légèrement avant de s’immobiliser à nouveau.

 

Une offrande à la tempête de Dolores Redondo, traduit de l’espagnol par Judith Vernant. Editions Mercure de France.

index