Voici deux beaux poèmes d’une amie.

Claude

 

Jamais

Je ne saurais jamais si je vieillirai là,
En ce lieu caché où la nature explose
De mille bouffées d’espoir.

Verrais-je la floraison de ce tendre lilas,
La flamboyante beauté de ce bouquet de roses
Lorsque s’en vient le soir ?

Je ne saurais jamais si je vieillirai là ;
Serais-je à tes côtés, le lieu où enfin j’ose,
Ou serais-je dans le noir ?

Florence Borsier

 

 

En ce même moment par l’horizon boisé
Clapote faiblement la froide Mer du Nord,
Une mer sans vagues et presque sans marée
Qui inlassablement s’épuise au même bord.

Pendant qu’en ce jardin sous l’acacia discret,
Âpre à distiller ses subtiles fragrances,
Assise en ce jardin et la tête  penchée,
Je sombre cruellement en souvenirs d’enfance.

Une mer sans vagues et presque sans marée
Qui inlassablement s’épuise au même bord.

Florence Borsier