21 décembre 2011

Il faut appeler un clown un clown

Il faut appeler un clown un clown de Pierre Étaix Voir ou revoir les films de Pierre Étaix a été un vrai bonheur pour moi. Aussi, ce soir, je vais vous parler d’un petit livre écrit par ce dernier. Au début du livre, Michel Archimbaud explique qu’il avait rencontré dans sa carrière d’enseignant des élèves qui désiraient devenir clown. Il avait alors demandé conseil à Pierre Étaix, qui à sa surprise ne lui avait pas fourni de réponse immédiatement. Huit jours plus tard, il reçut le texte du livre. Je ne vous le raconterai pas,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

18 décembre 2011

Les Diablogues

Les Diablogues Pièce de Roland Dubillard Mise en scène Anne Bourgeois Acteurs : Jacques Gamblin et François Morel Réalisation de Jean-Michel Ribes   Je me remets tout doucement d’une mauvaise grippe. Je ne connaissais pas… ça craint ! Envie de rien, impossible de lire, de me concentrer sur quoi que ce soit (c’est pour cela que je ne vais pas pousser trop loin mon discours et recopier le dos du dvd !!! )… énervant ! Enfin, j’en profite pour regarder mes dvd. Cet après-midi, j’ai regardé pour la énième fois,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
15 décembre 2011

Le grand amour de Pierre Etaix

Le grand amour de Pierre Etaix Je viens de voir « le grand amour » de Pierre Etaix sur Arte. Enfin de la télévision à consommer sans modération !!! Ce film est plein d’humour, de tendresse, de poésie avec un rien de burlesque qui en fait un grand film. J’aime ce cinéma, j’aime le burlesque. L’histoire : Pierre mène une vie bien rangée avec son épouse. Il dirige la société de son beau-père. Un jour, il tombe amoureux de sa secrétaire. Il se rend alors compte de la monotonie de son couple, et s’imagine dans des... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2011

Gaspard Hauser ou la paresse du coeur

Gaspard Hauser ou la paresse du cœurjakob Wasserman En 1928, un adolescent  arrive sur la place de Nuremberg. Il s’exprimecomme  un enfant, mais, il sait écrire sonnom : GASPARD HAUSER.  « C’était un adolescent d’environdix-sept ans. Personne ne savait d’où il était venu : il était lui-mêmeincapable de le dire. Il parlait à peu près comme un enfant de deux ans,ânonnant quelques mots dénués de sens, qu’il répétait d’une façon soitplaintive, soit joyeuse, et qui semblaient être, plutôt que des paroles,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 novembre 2011

La cave

La cavede Thomas BernhardTraduit de l’allemand par Albert KohnPeu de temps après la seconde guerre mondiale, Thomas Bernhard à 15 ans. Il ne se sent pas faitpour l’école. Un jour, il décide de « partir dans la direction opposée » et commence un apprentissage dans un magasin d’alimentation. Ce demi-tour décidera de toute sa vie, et, il ne le regrettera jamais. « J’avais le sentiment d’avoir échappé à l’une des plus grandes absurdités humaines : le lycée. Je sentais soudain que mon existence était de nouveau une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2011

Le linceul du vieux monde de Gérard Mordillat

N’étranglez pas les singesde Gérard Mordillat N'étranglez pas les singesIls me regardentLeurs bras sont maigres comme les miens Leur souffrance jumelleJe suis gibbon de mot en mot Chimpanzé,orang-outang, gorille Macaque, babouin electrodiséBonoboPauvre poilu au cul peléJe suis l'encagé vif Le mangeur de bananesLe branleur grimaçantQui singe sa mortQui singe sa vieQui ne vaut pas une cacahuète Pas un pet de ouistiti…Homme noirHomme blancN'étranglez pas les singes aux yeux vertsÇa m'arrache les poils du cœurÇ'a m'arrache le sang du... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2011

Au fond de mon jardin...

Au fond de mon jardin… Il y a le cirque… PINDER !!! Je crois que ça va devenir une habitude. Ça ne me dérange pas, maislà, je suis un peu égoïste, je rentre de trois jours de colloque à Paris, et jen’ai pas été réveillée toutes les nuits par les félins, et je n’ai pas eu decontraventions parce que je n’étais pas garée où il fallait… Je dois dire, quej’ai été surprise hier en rentrant, presque tous mes voisins étaient partis enweek-end !!! Mais tout cela n’empêche, que l’on entend rire, applaudir et que çafait un peu de... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 octobre 2011

Calchas/Je te salue Jamais

CALCHASde Kiki Dimoula Je ne dors pas, je ne dors pas,j'aide la nuit à s'agrandir, à s'élargir,à effacer les petites lumières, parasites. Je ne dors pas, je ne dors pas,j'exerce de noirs c'est excluje lance des c'est exclu exercésqui déchirent quelques dernières étoiles. Je ne dors pas, je ne dors pas,je change de sexe, deviens minuit. Où me mèneras-tu, abattement, je te retrouverai quelque partpuisque j'ai prêté serment d'insomnie. Mes doses de somnifères dorment comme des anges et mon cerveau qui veille les berce tout doucement. ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 octobre 2011

100 ANS !!

Aujourd’hui ma mémé a eu 100 ans, 1 siècle ! Quel siècle, elle est passée de la carriole à chevaux aux avions àréaction, aux fusées, aux tgv… des sabots avec de la paille et des chaussons tricotés aux supers baskets qui courent supers vite….. elle a connu entre autre la 1ère guerre mondiale, le front populaire, la seconde guerre mondiale, mai 68, la guerre du golfe etc… Elle a traversé ce siècle difficile, où la technologie a explosé, où le monde a explosé, un siècle dans lequel les gens avaient à peu près compris que c’est... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:19 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2011

Terre Médiane de Henri Cole

Terre Médiane Henri Cole Traduction de Claire Malroux 6 Face à moi, tu es endormi. Moi aussi je dors.Sans doute as-tu raison : je projetteles ambiguïtés de mes propres désirs.Je sens que je ne te connais que sur les bords. Parfois je me lève la nuit d'un bond, haletant,je vois ma jeune tête grisonnante dans la glaceet je recule, comme tout humain, devant le verre froid.Je n'ai pas le temps d'investir dans ce quej'ai la prétention de désirer. Mais quand tu ouvrestimidement les yeux et me donnes un coup d'épaule,je ne suis plus... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]