10 novembre 2012

Jean Louis Trintignant - sextet Daniel Mille suite et fin !

 Sur la musique de Mille et de son sextet Jean-Louis Trintignant a dit ce poème de Robert Desnos, qui fut son dernier poème à sa femme. J’ai rêvé tellement fort de toi, J’ai tellement marché, tellement parlé, Tellement aimé ton ombre, Qu’il ne me reste plus rien de toi. Il me reste d’être l’ombre parmi les ombresD’être cent fois plus ombre que l’ombreD’être l’ombre qui viendra et reviendra dans ta vie ensoleillée   De Boris Vian  Monsieur le PrésidentJe vous fais une lettreQue vous lirez peut-êtreSi vous avez le... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 09:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2012

Daniel Mille invite Jean-Louis Trintignant

Ce soir vers 20 h, j’ai enfourché mon vélo et j’ai longé les bords de la Sarthe pour me rendre au Palais des Congrès, l’Europajazz festival proposait une très belle rencontre. Le sextet de l’accordéoniste Danile Mille invitait Jean-Louis Trintignant pour un spectacle complètement inédit. On pouvait lire récemment dans l’express : « Mille et Trintignant, c’est  un tango qui dure depuis plus de dix ans ». Et c’est vrai, lorsqu’on les voit sur scène, quand on voit leur complicité, leur compréhension, leur amitié on... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 novembre 2012

Trains étroitement surveillés de Bohumil Hrabal

Trains étroitement surveillésde Bohumil Hrabal En 1945, Milos Hrma est stagiaire dans une petite gare de Bohême. Il vient de faire un séjour à l’hôpital, à la suite d’une tentative de suicide. Il est sous les ordres d’un chef de gare colombophile qui a installé sa volière dans la gare. Page 84. Le chef tendit les rênes, s’éloigna au trot vers le colombier et cria en levant la tête :- Dormez bien, mes petits ! Je vais revenir ! Il ne va pas vous abandonner, le chef de gare ! Faites dodo, mes petits !Les lynx... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:54 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
08 novembre 2012

J’ai eu quelques jours de vacances, qui me semblent déjà si loin… trop peu de temps, parce que la pile de livres qui attend d’être rangée n’a pas diminué ! Je n’ai pas eu le temps de faire un seul billet, préparation du jardin pour l’hiver oblige et balades en vélo. Je vais essayer d’être un peu plus assidue, pour l’instant j’ai décidé de mettre des extraits de ces livres, en attendant peut-être de trouver le temps pour faire des billets complets (un jour…). Claude
Posté par jeanlau à 13:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
24 octobre 2012

Histoires de fantômes

Histoires de fantômesd’Henry James  Ce livre rassemble deux histoires : « sir Edmund Orme » et « Un coin plaisant ». Dans la première, une femme voit le fantôme d’un ancien fiancé, suicidé jadis, en raison de son refus de l’épouser. Son trouble est remarqué par un des prétendants de sa fille, elle se confie à lui. Peu de temps après, il voit « Sir Edmund Orme ». Ce qui est remarquable dans cette nouvelle, c’est que nous sommes pris dans une hésitation sans issus. En effet, nous voyons... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:01 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 octobre 2012

Une erreur remédiable

Une erreur remédiablede Giacomo Cerrai traduit de l’italien par Raymond Farina   Si nous avions - imaginais-je –l’espoir secret des enfants :se réveiller un matinavec la seule obligation de vivreavec le courage des pastelsavec l’avenir d’une feuille blancheet des oiseaux aériensrevenir en arrière en interrompantle jeu ou réparerdes blessures même profondes des méchancetésavec de petites blandices.Si nous avions le droit au retourjuste avant la limite de l’innocenceau bord d’une journée imprévoyantele simple geste qui effacela... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2012

Le goût de la tomate

Le goût de la tomatede Christophe Léon Dans un monde où il est interdit de cultiver son propre jardin, où l’on peut disparaître pour avoir élevé 2 poules en cachette, un homme apprend à son fils à faire pousser des tomates. Pour que cela ne se perde pas et surtout pour lui apprendre le goût de la liberté. Ce livre est plein de poésie, il est simple, il est beau, il est bien écrit, un joli petit plaisir !Je ne sais pas si la mise en page est pour rythmer le texte, en tout cas pour moi, ça fonctionne très bien !!! Claude ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 septembre 2012

Chant

Chantde Silvina Ocampo Ah rien, rien n’est à moi !ni le ton de ma voix, ni mes mains absentes,ni mes bras lointains.J’ai tout reçu. Ah, rien, rien n’est à moi.Je suis comme les reflets d’un lac ténébreuxou l’écho des voix dans le fond d’un puitsbleu après la pluie.J’ai tout reçu,comme l’eau ou le cristalqui se transforme en autre chose :en fumée, en spirale,en édifice, en poisson, en pierre, en rose.Je suis différente de moi, aussi différenteque certaines personnes quand elles ne sont pas seule.Je suis tous les lieux que... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 septembre 2012

extrait de c'est moi qui souligne

Je suis en train de relire « C’est moi qui souligne » de Nina Berberova. J’avais envie d’aller à la rencontre de tous ces grands écrivains et poètes russes. Éh oui, ce n’est pas l’ambiance, ici, j’ai repris le boulot et je suis retournée dans mon nid de vipères pour une année encore ! La crise n’aide pas, sinon, il y a bien longtemps que je serai loin de ce lieu qui est tout l’opposé de ce que je peux être (ceux qui me connaissent savent à quel point cela est vrai). Mais j’y travaille… J’ai toujours eu du mal avec la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:34 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 août 2012

Phares de Gertrud Kolmar

Et en écoutant cette musique, je lis un recueil de poèmes de Gertrud Kolmar : « Mondes Poèmes » Pharesde Gertrud Kolmar Sur la plage de la mer du nordiqueOù la cruelle tempête noire fouette des nuées     de mouettes poussant des piaillements stridents,Où la vague projetée contre les écueils lézardés vient se briser     dans un tintement de glace verte,S’écraser, s’éclabousser,Le phare se dresse.Dur, sinistre, pesant, muet dans la triste grisaille.Éteint.Sans bouche.Pas un portail,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]