05 février 2012

Le vent se lève de Tatsuo Hori

Le vent se lève de Tatsuo Hori Tatsuo Hori est né à Tôkyô (1904-1953, il a été très tôt attiré par l’Europe. Il est devenu l’ami de nombreux écrivains et poètes, il a traduit Apollinaire et Cocteau, et, a fait connaître Gide, Proust, Rilke et Mauriac. La plus grande partie de son œuvre est marquée par des récits autobiographiques et les classiques japonais. « Le vent se lève » a été écrit entre 1935 et 1936. Le titre de ce roman est emprunté à un vers du « Cimetière marin » de Valéry. ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 janvier 2012

Bloomsbury, côté cuisine

Bloomsbury, côté cuisinede Danièle Roth Ce livre, je le lis de temps en temps, quand je suis malade. J’aime l’histoire qui m’emmène dans le quartier de Bloomsbury au début du 20ème siècle à Londres. Je ne dirai pas que c’est un grand roman, mais j’apprécie l’atmosphère qui s’en dégage, les petites habitudes de chacun, leurs caractères bien trempés ! Virginia Wolf écrivait dans un de ses journaux : « Si je lisais ce journal comme un livre qui me serait tombé sous la main, je pense que je m’emparerais avec gourmandise... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 janvier 2012

Le mauvais médecin de Dezső Kosztolányi

LE MAUVAIS MÉDECIN de Dezső Kosztolányi traduit du hongrois et préfacé par Thierry Loisel   Connu et reconnu comme nouvelliste, poète et journaliste, Dezső Kosztolányi écrit à 36 ans son premier roman : Le Mauvais Médecin (inédit en français). Les critiques de l’époque le qualifient de « roman raté », habitués à son style poétique, ils ont du mal à le reconnaître dans ce nouvel exercice. Pour ma part, j’ai beaucoup aimé ; le style est pur, il n’y a pas de fioritures, le récit est concis, il est vrai qu’il... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:51 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
31 décembre 2011

2012

Je vous souhaite à toutes et à tous une année 2012 comme vous la souhaitez ! Évitez les bilans et les bonnes résolutions ! Claude (illustration sur le site: http://eva-truffaut.blogspot.com/) 
Posté par jeanlau à 19:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
21 décembre 2011

Il faut appeler un clown un clown

Il faut appeler un clown un clown de Pierre Étaix Voir ou revoir les films de Pierre Étaix a été un vrai bonheur pour moi. Aussi, ce soir, je vais vous parler d’un petit livre écrit par ce dernier. Au début du livre, Michel Archimbaud explique qu’il avait rencontré dans sa carrière d’enseignant des élèves qui désiraient devenir clown. Il avait alors demandé conseil à Pierre Étaix, qui à sa surprise ne lui avait pas fourni de réponse immédiatement. Huit jours plus tard, il reçut le texte du livre. Je ne vous le raconterai pas,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 décembre 2011

Les Diablogues

Les Diablogues Pièce de Roland Dubillard Mise en scène Anne Bourgeois Acteurs : Jacques Gamblin et François Morel Réalisation de Jean-Michel Ribes   Je me remets tout doucement d’une mauvaise grippe. Je ne connaissais pas… ça craint ! Envie de rien, impossible de lire, de me concentrer sur quoi que ce soit (c’est pour cela que je ne vais pas pousser trop loin mon discours et recopier le dos du dvd !!! )… énervant ! Enfin, j’en profite pour regarder mes dvd. Cet après-midi, j’ai regardé pour la énième fois,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 16:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 décembre 2011

Le grand amour de Pierre Etaix

Le grand amour de Pierre Etaix Je viens de voir « le grand amour » de Pierre Etaix sur Arte. Enfin de la télévision à consommer sans modération !!! Ce film est plein d’humour, de tendresse, de poésie avec un rien de burlesque qui en fait un grand film. J’aime ce cinéma, j’aime le burlesque. L’histoire : Pierre mène une vie bien rangée avec son épouse. Il dirige la société de son beau-père. Un jour, il tombe amoureux de sa secrétaire. Il se rend alors compte de la monotonie de son couple, et s’imagine dans des... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 novembre 2011

Gaspard Hauser ou la paresse du coeur

Gaspard Hauser ou la paresse du cœurjakob Wasserman En 1928, un adolescent  arrive sur la place de Nuremberg. Il s’exprimecomme  un enfant, mais, il sait écrire sonnom : GASPARD HAUSER.  « C’était un adolescent d’environdix-sept ans. Personne ne savait d’où il était venu : il était lui-mêmeincapable de le dire. Il parlait à peu près comme un enfant de deux ans,ânonnant quelques mots dénués de sens, qu’il répétait d’une façon soitplaintive, soit joyeuse, et qui semblaient être, plutôt que des paroles,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 novembre 2011

La cave

La cavede Thomas BernhardTraduit de l’allemand par Albert KohnPeu de temps après la seconde guerre mondiale, Thomas Bernhard à 15 ans. Il ne se sent pas faitpour l’école. Un jour, il décide de « partir dans la direction opposée » et commence un apprentissage dans un magasin d’alimentation. Ce demi-tour décidera de toute sa vie, et, il ne le regrettera jamais. « J’avais le sentiment d’avoir échappé à l’une des plus grandes absurdités humaines : le lycée. Je sentais soudain que mon existence était de nouveau une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 novembre 2011

Le linceul du vieux monde de Gérard Mordillat

N’étranglez pas les singesde Gérard Mordillat N'étranglez pas les singesIls me regardentLeurs bras sont maigres comme les miens Leur souffrance jumelleJe suis gibbon de mot en mot Chimpanzé,orang-outang, gorille Macaque, babouin electrodiséBonoboPauvre poilu au cul peléJe suis l'encagé vif Le mangeur de bananesLe branleur grimaçantQui singe sa mortQui singe sa vieQui ne vaut pas une cacahuète Pas un pet de ouistiti…Homme noirHomme blancN'étranglez pas les singes aux yeux vertsÇa m'arrache les poils du cœurÇ'a m'arrache le sang du... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]