22 juin 2010

La pluie jaune

La pluie jaunede Julio Llamazares La montagne se vide, les habitants partent et les hameaux se meurent. Un homme se retrouve seul à Ainielle, tous sont partis, au début ils étaient restés à 4, puis, l’un est mort, l’autre est parti, et sa femme bien aimée s’est suicidé. Il se retrouve là, seul, dans un silence total, avec pour compagnie sa chienne. À quelques heures de sa mort, il se souvient… le départ des familles, de ses amis, du suicide de Sabina, de leurs enfants, de ses anciennes habitudes, des relations avec le village... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:10 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 juin 2010

Le génie du lieu

Le génie du lieusuivi de La Glorietted’Hella S. Haasse Le génie du lieu : Un couple marié depuis une trentaine d’années décide de construire une maison en pleine nature dans un lieu dit « Le Puits Renaud ». Lui est un homme d’affaire souvent absent, elle, est femme au foyer et se retrouve souvent seule. C’est apparemment un couple heureux, si ce n’est qu’elle n’a jamais ressenti le plaisir charnelle. Elle se rend rapidement compte qu’elle n’est pas à l’aise dans la campagne environnant la maison. Elle se sent constamment épiée. Un... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:43 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
16 juin 2010

Georges Sand et Chopin...

Ma connexion est réparée ! bon, pas la télévision, mais chaque chose en son temps, ce sera pour la semaine prochaine ! Ce midi, j’ai écouté le cd « Chopin et Georges Sand, Une passion flamboyante », lu par Marie-Christine Barrault et Allain Duault, accompagnés au piano par Yves Henri.Sous forme de petits interviews Georges Sand, raconte sa rencontre avec Chopin, leur vie commune, leurs voyages etc. À la fin de chaque sujet, Yves Henri interprète un morceau du compositeur qui correspond plus ou moins au moment de l’anecdote. ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 16:53 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
07 juin 2010

juste comme ça

Samedi soir, le ciel retenait son souffle. Il jouait avec ses nuages à la Magritte, qui se forment et se déforment au gré de notre imagination. Tout était un peu suspendu. J’aime ce calme avant la tempête… Puis, vers 5 heure, il a retrouvé son souffle, c’était magnifique, violent, noir et blanc… zébré de blanc. Je me suis retrouvée, je jubilais, je me suis souvenue pourquoi j’ai été à une époque chercheuse en climatologie, pourquoi j’avais choisi cette voie. J’aime quand les éléments se déchaînent, et j’ai toujours... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 13:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 juin 2010

Lune de loups

Lune de loupsde Julio Llamazares traduit de l’espagnol par Raphäel Carrasco et Claire Decaëns Ángel, Ramiro, Gildo et Juan sont 4 jeunes qui ont combattu le franquisme pendant la guerre civile. Franco au pouvoir, ils refusent de se rendre, cela signifierait pour eux la mort. Ils se réfugient alors dans  les montagnes où ils ont toujours vécu. Nous sommes en 1937. Ils seront traqués, persécutés par une haine fratricide, qui jamais ne faiblira. Jamais, ils ne trouveront le repos. Ils se réfugient dans des... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:42 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 mai 2010

Le lagon et autres nouvelles

Le lagon et autres nouvellesJanet Frame Ce recueil est le premier livre de Janet Frame, publié en 1951, il lui a permis d’échapper à une lobotomie et d’être reconnue comme écrivain. Elle avait alors 27 ans. Les nouvelles sont autobiographiques, on retrouve des anecdotes familiales et des souvenirs de son passage en hôpital psychiatrique. Extrait « des oiseaux ont commencé à chanter » p.137 Les oiseaux ont commencé à chanter. Il y en avait quatre-plus vingt qui chantaient, et c’était des merles. Et j’ai... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:21 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

05 mai 2010

L'île

L’îlede Giani Stuparich Condamné à court terme par un cancer, un père demande à son fils de venir avec lui, sur son île natale.Ils passeront quelques jours l’un près de l’autre à découvrir l’île, à s’observer, se parler intérieurement… De temps en temps, un souvenir reviendra, au milieu de ces paysages majestueux. Même si peu de choses sont verbalisées, l’essentiel est dit dans les silences, dans l’observation de l’autre, dans les moments partagés... Ils n’ont que peu d’importance à ce moment là. Chacun à leur... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
05 mai 2010

Juste comme ça...

Juste comme ça… J’ai lu un jour sur le blog de Catherine ici ceci : ... peut-être les guillemets sont-ils la marque de l'ironie si la suspension est la marque de l'érotisme... J’adore cet extrait de phrase.Claude
Posté par jeanlau à 11:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mai 2010

De la cité du OUI à la cité du NON

De la cité du OUI à la cité du NONd’Eugène Evtouchenko Depuis longtemps, je suis un train qui va et vient De la cité du OUI à la cité du NON Et les fils de mes nerfs ont tissé leur réseau De la cité du NON à la cité du Oui. Dans la cité du NON, c'est la peur et la mort Et les murs des salons y sont peints de tristesse. Ici, le moindre objet se renfrogne, maussade, Et les regards sont tous empreints de méfiance. On cire tous les jours les parquets de fiel. On vit assis dans le mensonge et le malheur. Du Diable... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 09:53 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 mai 2010

Pathétique !

Samedi 1er mai, un samedi, donc pas de magasins ouverts, pas de long week-end, donc pas d’excuses pour ne pas venir aux manifs… et pourtant, nous n’étions pas nombreux ! Bah, les gens, s’ils ont leurs télévisions, leurs ordinateurs, leur petit confort, on peut leur faire n’importe quoi ! C’est pathétique tout ça !!Le lendemain sur le marché, à la terrasse du café vous les entendiez pleurer sur leur sort… ça m’énerve, vous ne pouvez pas savoir à quel point ! Claude
Posté par jeanlau à 07:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]