22 août 2009

Deux poèmes de Guy Goffette

Étéde Guy Goffette Dévore, feu, beau feu aux langues de démonestous ces papiers, ces livres, ces lettres mortes,et de vieil homme plein de rancœur et plein de nuit, dévore-le avec le mauvais drame de sa vie, cette vieillepartition à une seule main sur la scène du cœurtandis que l’autre dans la coulisse bat le vide,cherchant quoi ? un amour qui ne ferme pas à clef les battantsde l’horizon, mais porte plus haut que nousses flammes dans le soir qui s’étire : amourqui te ressemble feu, mais comme une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

22 août 2009

Berlin dernière de Kits Hilaire

Berlin me manque. Vous pensez sûrement, que je devrais sauter dans ma voiture et partir, comme cela elle ne me manquerait plus. Ce n’est pas si simple, mon Berlin n’existe plus. Le Berlin des années 80 est loin… Nous fêterons en novembre les 20 ans de la chute du mur… 20 ans… J’aurai certainement l’occasion de revenir sur le sujet ou pas d’ailleurs. Berlin, l’amour, l’amitié, le partage, la fête et la décadence. Lui à l’Est et moi à l’Ouest. Nous sommes si peu de survivants. À mon amour, à mes amis, si je ne parle... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 11:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2009

Poèmes de Mario Luzi

Figure de Mario Luzi, Prémices du désert L’image soudaine de la terre,Les traces et les empreintes où un voilede poussière est tombé – sur ton visagetout fugitivement, pour peu que le regard erre détournéde l’âme apparaît et se consume.Mais combien de fois t’ai-je vue naître à ma rencontresous les arbres sans sommeil, combien de foispérir, et puis t’ai-je perdu.De l’obscur événement hésite encorecette couleur qui crie là dans le ciel. Loin, plus loin que la viede Mario Luzi, Prémices du désert Loin, plus loin que la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 août 2009

Les jours tout doucement...

Les jours tout doucement s’effondrentdans un fracas que tu n’entendspour être assourdi du fracasdu monde où tu comptes les jours de chaque jour ton temps s’abrègeor tu vis comme si devait ton temps compter tant d’autres joursque chacun peut compter pour rien quand il faudrait de chaque jourfaire un monde sans rien de restevider toute coupe de joiesans regret d’avoir rien remis rien remis n’avoir qui se jouissede tout ce que ton jour peut jouiret tes nuits, que ne s’y enfouissede honte l’éclat du désir mais qu’il se... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 août 2009

Si tu dois m'aimer...

Sonnets Portugais XIVÉlisabeth Barrett BrowningSi tu dois m’aimer, que ce ne soit pour rienD’autre que l’amour même. Ne dis pas :« Je l’aime pour son sourire… son air… sa façonDouce de parler… ; pour un tour de penséeQui s’accorde au mien, et c’est vrai, a éveilléTel jour un plaisant sentiment de bien-être »-Car ces choses en soi, mon aimé, peuvent changer,Ou changer pour toi… et l’amour ainsi tisséSe détisser d’autant. Ne m’aime pas non plusParce que ta chère pitié sèche mes larmes !-Elle pourrait oublier de pleurer, celle... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
31 juillet 2009

Pas revoir

Au bout d’un fil d’araignée tout rougeet balancé de pétale.Je n’ai rien dans mes mains et ma têteest bien vide.Un bourdon se décoince de tes fleurspuis monte sa vie au ciel.Valérie Rouzeau M’endors seule avec le bruit d’une abeillecomme blessée de s’être approchée des lampes.L’entends dans les livres et le bois craquer ses deux ailes d’or mais quand jerallume je ne la trouve pas.Tans pis me rendors tant pis qu’elle soitune ou mille j’ai sommeil seule avecson bruit d’une autre mortelle.Valérie Rouzeau Miroir dis-moi... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 juillet 2009

L'Apéritif de la neige

Ton dos mûrde Marc Laumonier dégrafant ta peau, par le dosj’ai ouvert un grand paysageun grand ciel très bleuune chaleur puissante de hauts et grands cyprès en sentinellespuiston dos mûr en complète déhiscences’est épanoui comme un fruitdes odeurs sures un goût blet firent que doucement, très doucement, je refermai le toutpour m’en nourrir plus tardau moins en songes de très longues fragranceslongtemps demeurèrentau creux de tes lombes Les frontières du verbe aimerde Marc Laumonier J’aiDans l’oubli de mon... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:52 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 juillet 2009

Poèmes de Vladimir Holan

EODEM ANNO PONS RUPTUS ESTde Vladimir Holan La joie !Oui, elle existe. Elle existe réellement, elle existe vraiment !Et il ne la ressentit pas comme quelque chose d’impitoyablequi s’installe en nous avec une telle violencequ’elle éteindrait sa propre flamme, ni comme un vertigequi sous le double éclairage de l’ironienous apporte une bouteille et des chaussures pour nous faire danser-oh non, ce qu’il ressentait c’était une joie simple et tranquille, une joie sans raison,une joie sans limite et non pas consentie pour une heure,la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:32 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 juillet 2009

Petites vacances...

Voilà, encore les valises à faire, et je pars. Une toute petite semaine, un peu loin de chez moi, de la maison, des poules, du jardin, des gens. La mer m'attend, les copains aussi, il y a si longtemps... Alors, à la semaine prochaine,Claude
Posté par jeanlau à 09:15 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
04 juillet 2009

Le Silence

Le silence de Sibilla Aleramo Le silence attend. Le silence, la plus fidèle chose qui m’ait enlacée dans la vie.Plus grand que moi, au fur et à mesure de ma croissance, il croissait, lui aussi, semblait toujours vouloir m’écouter ; nous nous taisions ensemble, et je me retrouvais toujours la même entre ses bras, sans stature, sans âge, créée par le silence même, peut-être par un sein désir immuable, ou peut-être non encore née, larve qu’il protégeait. Un fois encore, je suis seule, je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]