16 mars 2009

Poèmes d'Armand Robin

Armand Robin (source internet) Les printemps, les étés passeront… Et l’air s’est ébroué, fait sa toilette.Il compte fleurette à toutes les haies,Il enjambe les monts comme un garçon bien assuré,Il prend sans y penser leurs joues de fête aux pommiers,Il prend aux paysans leurs danses du dimanche. La patience Pensée, caressée, non conquise,Vingt années tu te penches en moi,Capricieuse, insaisissable alliéeDes feuilles mouvantes, des ruisseaux fuyants. ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 13:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 mars 2009

Ma vie sans moi

Ma vie sans moid’Armand Robin Le temps m’a rajeuni jusque dans mon enfance,Je ne sais plus combien j’ai souffert, ni pourquoi,Mais je sais, aujourd’hui que je suis transparenceEt qu’à force d’oubli je reviens près de moi,Combien je vais bénir l’objet de ma souffrance.j’ai retrouvé l’étang et les bois taciturnesOù ma jeunesse et ma franchise ont chu ;Je craignais d’y heurter un moi-même inconnu,Mais, où l’aube pensait redevenir commune,Grâce à l’amour humain rien ne s’était perdu.Lorsque je fus bien loin dans mon... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 février 2009

Técia Werbowski

Técia Werbowski Técia Werbowski est né à Lwow en Pologne, vit alternativement à Montréal et à Prague. Elle a publié : Ich bin Prager, Les Allusifs, 2003.Prague, hier et aujourd’hui, Les Allusifs, 2002.Amour anonyme, Les Allusifs, 2002.Hôtel Polski, Actes Sud, 1999.L’Oblomova, Actes Sud, 1997.Le Mur entre nous, Actes Sud, 1995. Bonne lecture.Claude
Posté par jeanlau à 21:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 février 2009

L'Oblomova

L’Oblomovade Técia Werbowskitraduit du polonais par Élisabeth Destrée-van wilder Maya Ney est veuve, elle est seule au monde, elle vit dans la maison que lui a laissé son mari. Il se plaisait à l’appeler « l’Oblomova voluptueuse ». Elle n’a plus envie de rien, pas la force de payer ses factures, ouvrir son courrier, voire même marcher (elle a un fauteuil roulant qui lui sert très bien d’excuse !). Une femme vient lui préparer à manger, faire son ménage. Elle doit tout de même faire des efforts épouvantables pour se lever,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:36 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 février 2009

Aux Imbéciles de Charles Cros

Aux imbéciles Charles Cros Quant nous irisonsTout nos horizonsD’émeraudes et de cuivre,Les gens bien assis Exempts de soucisNe doivent pas nous poursuivre.On devient très fin, Mais on meurt de faim,A jouer de la guitare,On n’est emporté,L’hiver ni l’été,Dans le train d’aucune gare.Le chemin de ferEst vraiment trop cher.Le steamer fendeur de l’ondeEst plus cher encor ;Il faut beaucoup d’orPour aller au bout du monde.Donc, gens bien assis,Exempts de soucis,Méfiez-vous du poète,Qui peut, ayant faim,Vous mettre à la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:46 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 février 2009

Premier Amour

Premier amourd’Ivan Tourgueniev Vladimir Pétrovitch a 16 ans, Zinaïda 21. Il est tombé éperdument amoureux d’elle au moment même où il l’a aperçu dans son jardin. Il n’est pas le seul de ses prétendants, et, elle l’acceptera dans sa cours. Elle se joue des attentions que lui prêtent tous ces hommes jeunes et moins jeunes. Coquette, capricieuse, insouciante dans un premier temps, elle deviendra froide, mystérieuse, secrète. Se pourrait-elle, qu’elle aussi soit amoureuse ? mais de qui ?Vladimir s’étonne bien de la voir faire des... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:23 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 février 2009

Contre la morosité ambiante...

Juste comme ça, s’ils passent par chez vous, n’hésitez pas à aller les voir. Par ces temps de morosité, je vous les conseille. Je rentre de leur concert, et ils font du bien, on les sent heureux d’être sur scène, et ils nous le transmettent. C’est intelligent. Les apparences sont trompeuses, derrière une certaine légèreté l’élégante fluidité de leurs couplets cache des réflexions plus subtiles qu’il n’y paraît au premier abord, et la qualité poétique des textes est sans conteste présente.  Leur concert est un mélange... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 01:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 février 2009

d'André Hardellet

André Hardellet écrivait en 1962 dans Le parc des Archers : « L’érotisme et l’insatiable besoin de liberté chez l’enfant proviennent du même fond obscur ; ils apportent une pareille jubilation, menacée de pénitence […] C’est pourquoi l’érotisme qui voudrait prolonger l’âge des émerveillements est traqué avec tant d’acharnement par ceux qui ne peuvent plus s’émerveiller. » Cette citation est énoncée dans les notes du livre « lourdes, lentes… » Claude
Posté par jeanlau à 18:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 février 2009

lourdes, lentes...

Lourdes, lentes,André Hardellet Il y a quelques semaines, j’ai relu « Lourdes, lentes » d’André Hardellet. Ce livre raconte l’éveil sexuel d’un enfant de 12 ans par la bonne de ses parents « Maimaine », puis avec d’autres femmes, Vanessa, Joyce...Extrait page 18 « … Germaine entre dans la salle à manger, la pièce où je me tiens. C’est la bonne de mes parents, une fille du Nord. Elle a vingt-trois ans et j’en ai douze. Blonde, un peu rousse, des taches de son, des lèvres épaisses, un cul comme une trotteuse de Vincennes.... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
16 février 2009

Claude Monet

Exposition Claude Monet, l’œil impressionisteMusée Marmottan, Paris.16 octobre 2008 - 15 février 2009Portrait de Claude Monet (1840-1926), photographié par Henri Manuel Hier, je suis allée contempler l’exposition Monet au Musée Marmottan à Paris. Il faut dire qu’il était temps, c’était le dernier jour. Une soixantaine de toiles provenant du monde entier y étaient exposées (États-Unis, Irlande, Scandinavie etc).Quels plaisirs, quels bonheurs, ces myriades de couleurs, de formes, de flous… Monet était atteint de cataracte qui faisait... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 13:12 - - Commentaires [4] - Permalien [#]