30 mai 2017

Fin d’orage L’orage a fait éclore là-haut une féérie De grosses fleurs creuses à des cloches pareilles Qui ébranlent dans le vent Et allongent leurs battants pour frapper nos oreilles… Fleurs aux lèvres charnues Mordues par le soleil D’où saigne la pluie, D’où goutte la pluie comme un miel d’or – Et ma terre adoucie fuit devant l’orage.   Visage Cheveux… gris d’argent, tels des flots d’étoiles, Front… canot incurvé qu’agitent les rides nées de la douleur Ses yeux… buée de larmes qui se condense plus bas sur sa chair Et ses... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 mai 2017

Page 33 Un autoportrait : La baignoire. Moi, femme nue Le torse plié Une main protège le cœur : Moi, poignardée, exsangue. Je voile ma fatigue Ce temps Empoisonné. Rien n’échappe à Duncan, Surtout, ma détresse Dangereusement calme.   Page 69 Durant des heures, je travaille. La dissonance des coloris J’enduis la chair de ma sœur De couches gluantes. Mais ce n’est jamais ça. A peine une ligne trace Ses paupières closes. Derrière, les eaux glauques Noient son cerveau. « J’ai l’impression de vivre une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:56 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 janvier 2017

Emmanuelle Riva est décédée hier, je vous en parlais il y a peu de temps. J’aimais l’actrice, j’aimais la poète. Claude   S’éteindre de sourires être à ne plus finir mon pauvre corps je l’ai mis debout à côté de moi restes d’un beffroi sur l’âme de la plaine 1986   Rêve de théâtre Cheminement de tous les clochers sur le ciel guet-apens très doux des aéroplanes sur ton cœur comme les hirondelles que tu apprivoises avec ton ombre Tu peux t’éloigner dans la magie des fleurs nocturnes tu peux prendre la tempête pour amie... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:37 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 décembre 2016

Je ne serai pas cet homme qui a volé à l’oiseau de passage l’histoire de son propre visage. Ma route sera sobre d’emblèmes, et j’irai sans entraves. Sur le clocher, un coq, et sur la place, un arbre, dévideront pour moi, l’hiver et l’occasion heureuse. Mais le vent sombre qui demeure et l’esplanade du soleil continueront d’amadouer mon chiffre, les chauves-souris prolongeront tard dans le soir le ballet irrité de mon écriture d’angles. Je veux bien croire pourtant, qu’un jour dans la clarté qui prend au nœud de l’ombre, la terre et... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 juillet 2016

Souvenir de la peurde Konstantin Pavlov Parler, écrire sur la poésie est pour moi un exercice extrêmement difficile. Plus aucun autre, le poète choisit chaque mot avec plus de précision encore que l’écrivain. La poésie est une chose que l’on ressent au plus profond de soi-même comme une peinture, une musique. Chacun de nous à sa propre perception, chacun de nous à son histoire et sa personnalité, alors comment pourrais-je dire une généralité que vous pourrez lire un peu partout. Je ne connaissais pas Konstantin Pavlov, c’est sa... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
29 mai 2016

Pfff ! j’ai un retard fou dans mes billets, retard est un euphémisme !!! Je suis en train d’aménager un nouveau bureau chez moi, car, j’ai l’autorisation de faire du télétravail (à l’essai pour l’instant). Je travaille loin de chez moi, et cela va me changer la vie. Pour l’instant, travaux, peinture, tri, etc. priment sur tout le reste, mais que pour mieux en profiter ensuite ! En ce moment, je lis beaucoup de poésie, j’aime beaucoup Paul Éluard, voici deux très beaux poèmes. Claude   AVEC TOI Je tiens la rue... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 18:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 octobre 2015

Je te regardede Maram Al Masri Maram Al Masri est une poétesse franco-syrienne, à travers sa poésie elle raconte son exil, ses préoccupations, sa place de femme, sa féminité… J’aime beaucoup sa poésie. Claude p. 20 Je sais queje n'aurais pas dûl'inviterà découvrir mes seins.Je voulaisseulementlui montrerque j'étais une femme... Je sais queJe n'aurais pas dû le laisser se dévêtir. Il voulait me montrer qu'il était un homme... seulement.   p. 21 Déshabille-laavec une infinie tendresse,et pose gentimenttes doigtssur son... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 13:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2015

Me revoilà.  J’ai quelques jours de vacances, ouf, je vais pouvoir souffler, me reposer et profiter de ce beau printemps (avril et mai sont mes mois préférés, la nature y est la plus belle) ! Les livres ont retrouvé leur place. J’ai lu quelques livres qui ne m’ont pas vraiment marqués, j’ai par contre découvert quelques poètes suédois qui m’ont beaucoup plu. Je vais donc commencer par l’un d’eux ; Ann Jäderlund. Claude Ne pleure pas a dit mon ombre. Quand nous passionsdans le bois. Ne pleure pas au sentiment. Presquecomme... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 13:33 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
10 mars 2015

Le doux parfum des temps à venir de Lyonel Trouillot

  Le doux parfum des temps à venirDe Lyonel Trouillot J’ai pris par hasard ce recueil de poésies à la médiathèque. Le hasard fait bien les choses. Ce livre m’interpelle. Plus exactement, c’est l’auteur qui m’interpelle ! Je n’avais pas fait attention que c’était un homme et, lorsque j’ai lu ces vers j’étais persuadée que c’était une femme qui écrivait : Je suis pourtant ta seule archiveton seul commencement.Hors moi, seuls le vide et l’absence ont présidé à ta naissance.Moi seule t’ai voulue.Et la nuit où tu es née,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:56 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 février 2015

La grippe s’est arrêtée chez moi ! Je ne l’avais pourtant pas invitée, pfff  quelle galère, elle a été sévère, je ne me rappelle pas avoir autant délirée par la fièvre ;o) je souris un peu aujourd’hui, mais je peux vous assurer qu’il y a une semaine, je ne le faisais pas du tout. Bon, le principal c’est qu’elle soit passée, et que ne reste que la fatigue et quelques maux de rien du tout ! Je passe ma convalescence à lire, ce qui n’est pas désagréable, et j’ai écrit quelques billets, mais ils sont si longs que je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]