26 février 2011

Où va se terrer la lumière

Cela s’appelle, un gros gros passage à vide ! mais très gros. Pas envie de lectures particulières en ce moment, plutôt besoin de repos et de liberté. Ça tombe bien, récupérations et vacances sont à l’ordre du jour ;o) J’ai toutefois lu de la très belle poésie.   De Mary-Laure Zoss       Où va se terrer la lumière, page 34 ... quant à nous, tirant nos courroies serrées sur le corps du mal, quel visage portons-nous qui arra­che des aiguilles à l'air vif, quelle fumée envenime nos paupières... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 18:20 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

25 décembre 2010

Ton visage...

Le lien d’ombreHugo von Hofmannsthal On connaît peu Hugo von Hofmannsthal comme poète. Sa carrière a été fulgurante, il a écrit l’essentiel de ses poèmes entre 16 et 25 ans. Ce recueil regroupe l’intégralité de son œuvre poétique (la plupart des poèmes ont été publiés de son vivant). Je vous en dirai un peu plus dans quelques temps, je l'ai depuis peu, et je n'ai pas encore pris le temps de le lire sérieusement. Mais, voici un petit avant goût... Claude Ton visage…Hugo von Hofmannsthal Ton visage était tout... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:27 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
15 décembre 2010

Petite colère

Petite colèrede Tomás Segovia Pour l’amour de deux ne me faites pas cette têteje me tais je me retire je prends ma retraite de paroleje ne dirai plus cette bouche est miennepas plus qu’avec ma bouche à moi je ne dirai « cette bouche n’est pas   mienne »je ne dis plus rien je reste à ma place je m’assiedsje me dis à moi-même mes quatre véritésje reste là bien sagement pour que toute les accusations de fallacequi traversent sans cesse innombrables comme des guêpespassent par moi en moi se croisent me transpercent et... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 novembre 2010

Mystères

Mystèresde Attila Jòzsef  Au son des mots mystérieux, je monte la garde des contes vieux. Tu m'as vêtu de la tête aux pieds de lourde prison de fidélité. La brise le dit, l'eau le dit, si tu les comprends, tu rougis. Les yeux le disent, le cœur le dit, par leur requête ils te prient. J'écris mes rimes à mon tour, elles te chantent mon amour. Alors, rends-moi donc plus légère cette lourde prison de fidélité. Aimez-moi. L'œuvre poétique Attila József, traduit du hongrois sous la direction de G. Kassai... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 novembre 2010

Un peu plus de Tomas Segovia

Le faux bleu nocturnede Tomas Segovia Dans les rues qui ne dorment pasLa vielle infatigable avilit la nuitElle la traîne dans les flaquesDe ses plaisirs laborieuxLa prostitue sur des rives vacantesQu’outragent des fleuves de somnambulesEntre une enseigne lumineuseEt un raide gratte-ciel de bureauxJ’entrevois en passantLa lune distanteRuminant ses éternelles brumesSoudain ne disent rienLes mots que nous prononcionsNous n’allions nulle partLa ville n’est pas vraie Comment avons-nous pu Croire en cette histoire... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 18:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 novembre 2010

Tomas Segovia Cahier du Nomade

Tu n’es pas venue aujourd’hui et m’as ainsi renduà la simplicité oubliée du tempset c’est comme si tu étais définitivement partie.Je ne sais plus aimer honorablement le coursnaturel des jours.Ma journée entière était une veille algidesous la clarté lointaine de tes yeuxqui exaspérait le temps sans le regarder.J’allais aveugle enfonçant les portes de la nuit,tu m’avais attaché à la noria obsessived’un présent ignorant impubère de lendemains ;et je tournais en suivant fascinéta somnambule infaillibilité d’enfant.Et aujourd’hui que tu... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 octobre 2010

Extrait de texte, extrait de vie...

« On ne peut jamais retrouver un lieu d’autrefois, ou revivre un état antérieur. Il y a eu un jour un état de bonheur parfait qu’au fil du temps on ne cesse de perdre et d’oublier. Pourtant, on persiste à croire qu’il est enfoui quelque part dans le passé et qu’il peut être retrouvé. » Des nouvelles de la maison bleue de Hella S. Haase, roman traduit du néerlandais par Annie Kroon. Éd. Babel. Claude Avant Maintenant
Posté par jeanlau à 01:14 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
22 octobre 2010

Abdellatif Laâbi, Oeuvre poétique II

Le cri se tutEt l’écho avecLe voile prodigieux du calme recouvrit toutNul soufflenulle vaguenul envolLaps de doute ou retour à l’originelle paressela féconded’où la beauté tient sa langueurses jambes arquéesouvertes à la houleses chevilles de nectarhumectéesÔ silencefaille si rareoù se reposer de la vie et du trépasdes batailles pour un oui ou pour un nondes petits actes qu’on croit grandsde l’engrenage désirant du corps des pas qui n’écourtent le cheminque pour creuser l’éloignementdes lourdes secondes battant sauvagement... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 août 2010

Pierre Reverdy

J’ai besoin   de  ne plus me voir  et  d’oublierDe parler à   des gens que  je  ne connais pasDe crier sans être   entenduPour rien, tout seul.Je connais tout le monde et chacun  de  vos pas.Je voudrais raconter; personne n’écoute,Les têtes et les yeux se détournent   de   moiVers la nuit.Ma tête est une boule   pleine  et  lourdeQui roule sur la terre avec un peu de bruit. Loin. Rien derrière moi  et rien devantDans le  vide ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:59 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
22 août 2010

Roulette Russe

Roulette russed’Özdemir Ince I Elle épluche des légumes au balcon,deux gouttes de sueur entre les seins.Quelle heure est-il déjà ?Où est-il resté, ce vieux fripier boiteux ? II Le soleil s’installa dans la Vierge,ma constellation anxieuse, renfermée ;la mer se couvrit de feuilles de figuier. III Soleil d’août entre les jambes,je tire l’eau d’un puits froid, sans me lasser. IV Ce sont des gens sortis du peuple, ventripotents ;il ne s’agit point de victoire, pas plus d’ailleurs, que de défaite. Bodrum, 9... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]