13 décembre 2009

Appréhensions

Appréhensionsde Sylvia Plath Il y a ce mur blanc, au-dessus duquel le ciel se crée -Infini, vert, totalement intouchable.Les anges y nagent, et les étoiles, dans l’indifférence aussi.Ils sont mon milieu.Le soleil se dissout sur ce mur, il saigne ses lumières. Un mur gris maintenant, griffé, ensanglanté.N’y a-t-il aucune issue hors de l’esprit ?Dans mon dos des marches descendent en spirale au fond d’un puits.Il n’y a pas d’arbres ni d’oiseaux en ce monde,Il n’y a qu’une aigreur. Ce mur rouge se crispe continuellement :Un... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 décembre 2009

La neige

La neige de Robert Walser La neige ne monte pas en tombantmais, prenant son élan,descend, et puis se pose,jamais elle ne monta. Elle n’est par essenceà tous égards, que silence,pas trace de vacarme.Si seulement tu lui ressemblais. Le repos et l’attente- telle et son attachanteet douce identité,vivre, pour elle, c’est s’incliner. Jamais elle ne retournerad’où elle est descendue,elle ne court pas, elle est sans but,être calme est son bonheur. La neige, tirée de Poèmes de Robert Walser, aux Éditions ZOE. Ce... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
27 septembre 2009

Mon sommeil...

Mon sommeil…de Christine Lavant mon sommeil est parti dans l’eauson manteau et ses souliersla mort me les a jeté par la fenêtreattachés à une pierre.Alors il ne me reste  plus qu’à marchercomme une somnambuleçà et là dans ma chambreet voir mes yeux s’emplirde l’image de l’eau. mon sommeil est passé devant moije dois encore remettre en placeson manteau de plomb et ses souliers étincelantsje dois aussi remâcher la pierredu dernier rêveaprès quoi je pourrai le suivre Christine lavant (anthologie posthume 1978),... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 septembre 2009

Près des arcades

Près des arcades de Jean Pierre Pouzol à Daniel A....... Où nous sommes-nous perdu depuisCe temps pour nous arrêtéQuand nous attendions du futurUne étincelante présence Sans cesse nos pas passaient au filtre des paroles Nul serment nous aurait porté secoursEt si nos mains ne saisissaient que fuméeElles pesaient d’ombre en véritéMais que dire maintenant de toute Cette distance dans nous PA, 28 décembre 2003 Échardes & Rossignols, Poèmes de Jean Pierre Pouzol, Préface de Christophe Mileschi,  Dessins de... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 20:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2009

Deux poèmes de Guy Goffette

Étéde Guy Goffette Dévore, feu, beau feu aux langues de démonestous ces papiers, ces livres, ces lettres mortes,et de vieil homme plein de rancœur et plein de nuit, dévore-le avec le mauvais drame de sa vie, cette vieillepartition à une seule main sur la scène du cœurtandis que l’autre dans la coulisse bat le vide,cherchant quoi ? un amour qui ne ferme pas à clef les battantsde l’horizon, mais porte plus haut que nousses flammes dans le soir qui s’étire : amourqui te ressemble feu, mais comme une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:49 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
18 août 2009

Poèmes de Mario Luzi

Figure de Mario Luzi, Prémices du désert L’image soudaine de la terre,Les traces et les empreintes où un voilede poussière est tombé – sur ton visagetout fugitivement, pour peu que le regard erre détournéde l’âme apparaît et se consume.Mais combien de fois t’ai-je vue naître à ma rencontresous les arbres sans sommeil, combien de foispérir, et puis t’ai-je perdu.De l’obscur événement hésite encorecette couleur qui crie là dans le ciel. Loin, plus loin que la viede Mario Luzi, Prémices du désert Loin, plus loin que la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 août 2009

Les jours tout doucement...

Les jours tout doucement s’effondrentdans un fracas que tu n’entendspour être assourdi du fracasdu monde où tu comptes les jours de chaque jour ton temps s’abrègeor tu vis comme si devait ton temps compter tant d’autres joursque chacun peut compter pour rien quand il faudrait de chaque jourfaire un monde sans rien de restevider toute coupe de joiesans regret d’avoir rien remis rien remis n’avoir qui se jouissede tout ce que ton jour peut jouiret tes nuits, que ne s’y enfouissede honte l’éclat du désir mais qu’il se... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
02 août 2009

Si tu dois m'aimer...

Sonnets Portugais XIVÉlisabeth Barrett BrowningSi tu dois m’aimer, que ce ne soit pour rienD’autre que l’amour même. Ne dis pas :« Je l’aime pour son sourire… son air… sa façonDouce de parler… ; pour un tour de penséeQui s’accorde au mien, et c’est vrai, a éveilléTel jour un plaisant sentiment de bien-être »-Car ces choses en soi, mon aimé, peuvent changer,Ou changer pour toi… et l’amour ainsi tisséSe détisser d’autant. Ne m’aime pas non plusParce que ta chère pitié sèche mes larmes !-Elle pourrait oublier de pleurer, celle... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
04 juillet 2009

Le Silence

Le silence de Sibilla Aleramo Le silence attend. Le silence, la plus fidèle chose qui m’ait enlacée dans la vie.Plus grand que moi, au fur et à mesure de ma croissance, il croissait, lui aussi, semblait toujours vouloir m’écouter ; nous nous taisions ensemble, et je me retrouvais toujours la même entre ses bras, sans stature, sans âge, créée par le silence même, peut-être par un sein désir immuable, ou peut-être non encore née, larve qu’il protégeait. Un fois encore, je suis seule, je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 juin 2009

Chants Orphiques, Dino Campana

Chants Orphiques de Dino Campana Extraits La verrière Le soir vaporeux d’été Par la haute verrière verse des clartés dans l’ombre Et me laisse dans le cœur un sceau ardent. Mais qui a (sur la terrasse sur le fleuve s’allume une lampe) qui a, À la petite Madone du Pont qui donc, qui donc a allumé la lampe ? – il y a Dans la pièce une odeur de pourriture : il y a Dans la pièce une plaie rouge languissante. Les étoiles sont des boutons de nacre... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]