17 octobre 2016

Paula T. une femme allemandede Christoph Hein       Paula Trousseau est peintre. Elle a grandi en RDA. Le livre de sa vie commence par l’annonce de sa mort.      Paula a été élevée par un père très autoritaire, une mère dépressive qui a très peur de son mari. Aussi, pour survivre à cette ambiance maladive, elle s’est réfugiée dans le dessin et la peinture.      Elle mettra tout en œuvre pour pouvoir aller aux Beaux-arts de Berlin, contre l’avis de ses parents et de... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 08:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

25 avril 2016

Le bois de Klarade Jenny Erpenbeck  Au tout début du 20ème siècle, un riche paysan lègue à sa plus jeune fille, Klara, un bois situé sur les rives d’un lac, à l’est de Berlin. Mais, la jeune fille perd peu à peu la tête, et il se voit obligé de vendre le bois en trois parcelles. Page 24. Le vieux Wurrach vend le premier tiers du bois de Klara à un négociant en thés et cafés originaire de Francfort-sur-l'Oder, le second tiers à un drapier de Guben qui fait établir l'acte de vente au nom de son fils afin de placer son héritage,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:33 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 novembre 2015

Une femme à BerlinJournal 20 avril 1945 – 22 juin 1945 Pour commencer je voudrai vous dire que ce livre m’a bouleversé, terrifié, quelque temps après l’avoir lu, j’y pense encore régulièrement. C’est le journal d’une allemande, il débute le 20 avril 1945 jusqu’au 22 juin, il couvre la période d’occupation russe de Berlin. Elle a choisi de rester anonyme, ce qui s’explique aisément lorsqu’on lit le livre, en plus, la première fois que le livre a été édité en 1954, l’accueil fut plus que mitigé. Il a fallu attendre sa mort pour qu’il... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
16 février 2015

Étincelles dans l'abîme de Soma Morgenstern

Étincelles dans l’abîme :Tome I : Le Fils du fils prodigueTome II : Idylle en exilTome III : Le Testament du Fils prodigue De Soma Morgenstern  Welwel Mohyllewski est un grand propriétaire terrien, très pieux, veuf et sans enfant. Il vit en Galicie Orientale. (Région d’Europe de l’Est qui avant la Première guerre mondiale appartenait à l’Empire Austro-Hongrois, et qui par la suite est devenu Polonais de 1918 à 1939.)Welwel est entouré d’un régisseur, Jankel qu’il connait depuis l’enfance, et d’une... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 avril 2014

Jans va mourir d'Anna Seghers

Jans doit mourirAnna Seghers J’ai encore quelques billets de retard ! Ce matin, j’ai lu cette nouvelle d’Anna Seghers. Retrouvée et publiée par son fils en 1999 (10 ans après sa mort) par son fils. Obligée de fuir l’Allemagne nazi avec sa famille, ils s’enfuient en France dans un premier temps avant de rejoindre le Mexique. Lorsque leur fils (Pierre Radvanyi) rentre en France après la guerre, elle lui demande de retourner dans leur ancienne maison. Il parvient à récupérer quelques meubles, livres et papiers. Il ne lui enverra... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2014

Partition

Partitionde Rita Kuczynski Encore une belle relecture. L’histoire se déroule au début des années 50, à Berlin Est. Elle dépeint, à travers une petite fille, la vie d’une famille berlinoise d’après-guerre. Le père Émil, est revenu de la guerre psychologiquement blessé, et, est devenu violent et alcoolique. Page 13. Grand-mère m'a dit qu'avant la guerre, père était un autre homme. Sinon elle n'aurait jamais accepté que maman devienne sa femme. Grand-mère l'avait poussée à prendre cette décision. C'était donc la guerre la seule... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2014

L'été le plus chaud

L’été le plus chaudde Szuzsa Bánk Il y a peu de temps, je vous ai parlé du livre « le nageur » de cette auteure. Je viens de terminer ce livre de nouvelles. Je ne suis pas particulièrement attirée par les nouvelles, elles me laissent sur ma faim en règle générale. J’aime qu’une histoire m’imprègne, j’aime l’emmener avec moi où que j’aille, j’aime y penser, et c’est difficile avec les récits courts. Bon, j’en lis quand même. Je mets souvent beaucoup de temps à lire ces livres, parce que si je lis plusieurs histoires à la... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 01:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 mars 2014

Le nageur

Le nageurZsuzsa Bánk En 1956, à la suite de l’insurrection de Budapest, Katalin quitte sa famille avec son amie Vali. Elles partent en Allemagne de l’Ouest. Pour ce qui est de Katalin, elle laisse derrière elle, trois êtres qu’elle n’a pas prévenu, pas préparé, qu’elle laisse seuls, désœuvrés. Ce sont surtout, ce père (Kálm   an), et ses deux enfants (Kata et Isti) que Zsuzsa Bánk nous permet de suivre. La vie n’est pas simple, après avoir vendu la maison, ils sont hébergés chez des amis ou dans la famille. Kálman est peu... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 01:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
02 octobre 2013

Le cachet d'Adalber Stifter

Le cachetd’Adalbert Stifter La 4ème de couverture de ce livre en dit trop c’est dommage. J’ai été déçu de connaître avant de commencer le livre la réponse à une des intrigues de l’histoire. C’est comme si on vous donnait le nom du coupable dès la première page d’un polar. C’est d’autant plus regrettable que ce livre se lit comme un roman policier. C’est l’histoire d’un homme et d’une femme, de rendez-vous mystérieux dans une église. Une histoire de regards, d’effleurements, de sensualité. C’est une histoire d’amour absolu, où le... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 novembre 2011

Gaspard Hauser ou la paresse du coeur

Gaspard Hauser ou la paresse du cœurjakob Wasserman En 1928, un adolescent  arrive sur la place de Nuremberg. Il s’exprimecomme  un enfant, mais, il sait écrire sonnom : GASPARD HAUSER.  « C’était un adolescent d’environdix-sept ans. Personne ne savait d’où il était venu : il était lui-mêmeincapable de le dire. Il parlait à peu près comme un enfant de deux ans,ânonnant quelques mots dénués de sens, qu’il répétait d’une façon soitplaintive, soit joyeuse, et qui semblaient être, plutôt que des paroles,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:18 - - Commentaires [4] - Permalien [#]