23 septembre 2014

Le silence de la mer

Le silence de la merde Vercors Il y a des années, j’avais vu le premier film tiré de cette nouvelle, j’avais adoré, il m’avait marqué, inquiété, je l’avais trouvé dur, mais d’une beauté incroyable. Je l’avais un peu oublié depuis, il y a bien une bonne trentaine d’années que je ne l’avais vu ! En voyant, qu’en Août Arte allait le diffuser, les souvenirs sont revenus. Je n’avais jamais lu la nouvelle, quelle erreur, alors j’ai décidé de ne pas regarder le film, mais de lire le livre. Je ne connaissais pas Vercors de son... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:55 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

13 juillet 2014

Ils étaient chouettes, tes poissons rouges

Ils étaient chouettes, tes poissons rougesd’André Vers   J’adore le titre de ce recueil de nouvelles ! et puis, quel plaisir de retrouver André Vers. André Vers, ami d’André Hardellet (que j’adore aussi !), de René Fallet, de Brassens, de Prévert et de bien d’autres parce que nous étions à l’époque des copains d’abord.André Vers, était un auteur et un conteur inédit. Il sait surprendre, il sait faire rire, il sait transcrire l’ambiance d’une époque, il nous met au cœur de ses nouvelles. Et puis,  j’aime bien son... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 mai 2014

Icare et la flûte enchantéede Julien Burgonde Le mercredi 4 décembre 1991, le Dr Jean Hicquart est dans le train qui l’emmène à Vienne. Il rêve à Mozart dont ce serait le lendemain le deux centième anniversaire de sa mort. C’est alors que son train a un accident, il décide de sortir du train. Il se réveillera près de Vienne, en septembre 1991. Pages 25-26. Seule présence familière en cette terre étrangère, le soleil qui se levait derrière les collines. Cette ville se détachant sur l'orient lavé par l'orage, je n'en pouvais douter,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 01:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 novembre 2013

7 femmes de Lydie Salvayre

7 femmesde Lydie Salvayre  p. 7 et 8 – Début de la présentation de l’auteure. Sept folles.Pour qui vivre ne suffit pas. Manger, dormir et coudre des boutons, serait-ce là toute la vie? se demandent-elles.Qui suivent aveuglément un appel. Mais de qui, mais de quoi? s'interroge Woolf. Sept allumées pour qui écrire est toute la vie. (« Tout, l'écriture exceptée, n'est rien », déclare Tsvetaeva, la plus extrême de toutes.) Si bien que leur existence perd toute assise lorsque, pour des motifs divers, elles ne peuvent s'y vouer. Sept... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:40 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
01 octobre 2013

Chaque jour est un adieu - Tout ce qui reste de nos vies

  Chaque jour est un adieuTout ce qui reste de nos viesd’Alain Rémond  L’automne est là, la vigne vierge commence à rougir, les feuilles de glycine tombent… oui c’est l’automne. L’automne avec son lot de joies et de tristesses. Cet automne pendant lequel une de mes sœurs se trouve seule face à une très grave maladie… Cet automne que j’aimerai voir passer le plus rapidement possible, pour la revoir sourire et ne plus souffrir. Mais, il faut attendre… attendre… peut-être nous aurons besoin de vous, peut-être pas… terrifiant,... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 septembre 2013

Bouqiner

Bouquinerd’Annie François J’ai lu cette semaine sur un blog, qu’une femme était très déçue car elle n’avait lu que 29 livres en août. 29 livres !!! Cela m’a fait penser au livre d’Annie François, que j’ai retrouvé en rangeant ma bibliothèque (oh quelle joie d’avoir mes livres bien rangés), je l’avais acheté à sa sortie, en 2000. L’auteure nous livre ses habitudes et expériences de lectrice. La quatrième de couverture présente très bien le livre : Il suffit de lire un bouquin par mois pour avoir des manies, des préférences.... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 février 2013

Mourir est un art, comme tout le reste d'Oriane Jeancourt Galignani

Mourir est un art, comme tout le resteOriane Jeancourt Galignani   L’auteure reprend la dernière année de la vie de Sylvia Plath, de la naissance de son fils Nicholas (17 janvier 19662) à la vieille de sa mort, qu’elle s’est donnée le 11 février 1963. Elle imagine à partir des nombreuses biographies existantes et du recueil « Ariel), les instants de vie de Sylvia qui ont générés certains poèmes. Le livre commence donc la vieille de sa mort, au moment où les souvenirs surgissent. À chaque souvenir correspond un poème. Je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 19:35 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 décembre 2012

L'asphyxie de Violette Leduc

L’asphyxiede Violette Leduc Parce qu’elle n’était pas désirée, parce qu’elle était la « Bâtarde », sa mère lui faisait porter le poids d’une faute jamais pardonnée. Elle lui faisait ressentir que par sa faute, elle ne pouvait refaire sa vie.Alors, elle devait obéir, ne pas se faire remarquer, l’attitude de sa mère était dure comme un regard : « c’est dur et bleu ». Pages  101/102. De nouveau, nous étions seules. - Essuie tes yeux. Ta grand-mère... Je n'entendis pas le reste. Je sanglotais. - Sors.Je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 15:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
13 octobre 2012

Le goût de la tomate

Le goût de la tomatede Christophe Léon Dans un monde où il est interdit de cultiver son propre jardin, où l’on peut disparaître pour avoir élevé 2 poules en cachette, un homme apprend à son fils à faire pousser des tomates. Pour que cela ne se perde pas et surtout pour lui apprendre le goût de la liberté. Ce livre est plein de poésie, il est simple, il est beau, il est bien écrit, un joli petit plaisir !Je ne sais pas si la mise en page est pour rythmer le texte, en tout cas pour moi, ça fonctionne très bien !!! Claude ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 22:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 juillet 2012

Coquelicots Varsovie - Huguette Hérin-Travers

Coquelicots Varsovied’Huguette Hérin-Travers Une femme, Lydie, après avoir perdu son enfant est dévastée. Pour survivre, elle décide de se remémorer son enfance. page 190 La vraie raison de ce récit n’est pas l’histoire d’une communauté en équilibre instable, la distance d’une mère ou l’âpre et hasardeuse recherche d’un père ; il y a une motivation forcément plus pressante, Lydie le sait. Qu’elle n’a pas cachée d’ailleurs, et qui est restée dans ce geste ultime de vouloir sauver un enfant minuscule, quand il gardait encore un... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]