25 avril 2014

Les cernes du temps d'Álex Susanna

JARDINS On dirait que la vie s'écoule plus facilement dans ces jardins à l'intimité préservée :des taches d'herbe humide forment une île verte au milieu des embarras de la ville ; soleil et pluie les ont baignés année après année ; elles sont maintenant un manteau de velours sur lequel tout semble devoir glisser, délice suave, à l'ombre de grands arbres, parfaites sentinelles de leur propre bien-être.Mais jamais nous ne pouvons y accéder,nous ne les voyons que de la grillequi les sépare du dehors.Ils nous sont étrangers, d'emblée... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:20 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

23 mars 2014

Prendre le temps de Sabine Péglion

PRENDRE LE TEMPSPrendre le temps un jourde construire     lentementune barque de sableSur la grève     s’attarderRassembler sous nos pasles éclats     dispersés Lutter contre la vaguejusqu’à      l’effritementS’en aller vers le large emportant      grain à graince qui fut de nos heuresla clarté incertaine Sabine Péglion, Traversée nomade, Sous la Lime éd., 2012, page 19. Je vais régulièrement sur le blog... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
07 mars 2014

Nelly Sachs

  Nelly Sachs Elle est née le 12 décembre 1891 à Berlin et décédée à Stockholm le 12 mai 1970. Issue d’une famille bourgeoise juive, elle a survécu à la folie du nazisme grâce à son amie Selma Lagerlöf et à quelques autres amis moins connus. Elle avait commencé à écrire à 17 ans, il est dit que son œuvre prend de la consistance à partir de la guerre. Elle est à ce jour la seule poétesse juive a avoir reçu le prix Nobel pour son œuvre. Elle est morte le jour de l’enterrement de Paul Celan avec qui elle était restée en lien... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
15 février 2014

Édith Södergran

Édith Södergran Poétesse finlandaise, Édith Södergran est née en 1892. Sa vie est une suite d’événements tragiques : maladie, pauvreté extrême... En 1908, elle contacte la tuberculose (son père en était décédé en 1907). Elle a terriblement souffert jusqu’à sa mort, survenu en 1923, à l’âge de 31 ans. Les dernières années de sa vie, elle s’est tournée vers la religion, et n’écrira pratiquement plus. Sa poésie reflète sa rage de vivre, son exaltation, son regard sur le monde qui l’entoure. C’est un monde de beauté qu’elle nous... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:49 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
21 janvier 2014

La musique

La musique Il y a en elle un miracle qui brûle.Elle s´éclaire toute, indiciblement.  C´est elle-même qui me parle.Elle n´a pas peur de me consoler. Ses yeux sont largement ouverts.Ses ailes sur ses épaules ont un éclat terrible. Et c´est comme un premier orage,Comme si les fleurs se mettaient à parler. (1958) Anna Akhmatova (1888-1966)  L´horizon est en feu - Cinq poètes  russes du XXe siècle : Blok, Akhmatova,  Mandelstam, Tsvétaïéva, Brodsky.  Présentation et choix de Jean-Baptiste Para (Poésie /... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 12:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2013

La fin

La finRobert Creeleychoix, traduction et présentation de Jean Daive Robert Creeley (1926-2005) est un maître de la poésie moderne, il est lié au courant littéraire de Black Mountain. Il a été poète, romancier, nouvelliste, esayiste et éditeur, il a voué sa vie aux lettres. Il fut l’ami des poètes Charles Olson (1910-1970), Louis Zukofsky (1904-1978), Robert Duncan (1919-1988),… Dans ce recueil, Jean Daive fait une présentation de Robert Creeley sous forme de retranscriptions de conversations qu’il a eu avec lui à différentes dates... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 23:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 août 2013

Ne coupez pas

J’aime ces deux premières semaines d’août, la ville est déserte, se balader en vélo est un plaisir, les marchés plus petits et moins surpeuplés, je remarque souvent que les gens sont plus souriants… et puis, je prends le temps, pour tout vous dire ce matin le marché a duré 3 heures !!! Bon, il faut dire que j’ai rencontré des amis qui rentraient de Florence, alors il y avait à raconter !!! Quels bonheurs ! Ce matin, je fonçais le nez au vent sur mon vélo pour y aller justement, il faisait un peu frais (oui oui), et je... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 16:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2013

Quatorze formes de mélancolie

Quatorze formes de mélancolied’Eduardo Chirinos   Je lis beaucoup en ce moment, j’ai quelques billets en préparation, en attendant de les finaliser, voici un poème d’Eduardo Chirinos. C’est la première fois que je le lis. C’est un poète péruvien, qui enseigne actuellement dans le Montana (USA). J’aime beaucoup le poème de la quatrième de couverture. Arriver quelque part ne signifie pasabandonner autre part.      Prendre racinedans un pays ne guérit pas les blessuresdu pays que nous abandonnons. ... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 21:05 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 janvier 2013

Évasion

ÉvasionAlfred Lichtenstein (1889-1914) Dis donc, de ces piècesImmuables et des rues arides Et de ce soleil rouge des toits,De l’ennui infâme de tous les livresdepuis longtemps usés par le regard,Moi je n’en peux plus. Viens, il nous faut allerBien loin de la ville.Nous nous allongerons surUne prairie moelleuse.Menaçant et impuissants Face au ciel clair mortellement bleu,Absurdement grand,Nous lèverons nos yeux décharnés, blêmes,Nos mains ensorceléesEt gonflées de pleurs.   Der Ausflug Du, ich halte diese festenStuben und die... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
17 octobre 2012

Une erreur remédiable

Une erreur remédiablede Giacomo Cerrai traduit de l’italien par Raymond Farina   Si nous avions - imaginais-je –l’espoir secret des enfants :se réveiller un matinavec la seule obligation de vivreavec le courage des pastelsavec l’avenir d’une feuille blancheet des oiseaux aériensrevenir en arrière en interrompantle jeu ou réparerdes blessures même profondes des méchancetésavec de petites blandices.Si nous avions le droit au retourjuste avant la limite de l’innocenceau bord d’une journée imprévoyantele simple geste qui effacela... [Lire la suite]
Posté par jeanlau à 14:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]